Mardi 22 avril 2014 2 22 /04 /Avr /2014 08:15

Instrument créé à la fin du 19 ème siècle, la harpe-guitare (ou guitare-harpe) a été remise au goût du jour il y a environ trente ans.

 

harpeg1

 

Il s'agit d'une guitare à laquelle on a ajouté une quinzaine cordes.

Ces cordes ne sont pas parrallèles à celle de la guitare ni fixées au manche de celle-ci.

Les cordes supplémentaires sont attachées à un autre manche ou à un cadre.

Le plus souvent, il y a sur l'instrument une extension de la caisse de résonance.

 

Le musicien joue donc principalement sur les six cordes de la guitare et ajoute des sonorités diverses en pinçant les cordes flottantes de la "partie harpe" de l'instrument.

Les harpes-guitares ont en général vingt cordes, six pour la guitare classique, six pour les basses et huit aigues.

 

 

 

Les musiciens qui jouent de la harpe-guitare sont au départ tous des guitaristes.

 

harpeg7

 

Le Canadien Claude Laflamme raconte dans une interview que son apprentissage ne fut pas aisé et qu'il lui a fallu plus d'un an avant de pouvoir maîtriser cette harpe-guitare.

C'est à présent bien le cas et il a sorti il y a quelques années un cd "Hors d''oeuvre" dans lequel il démontre tout le potentiel de cet instrument.

 

Voici un exemple avec la reprise d'un morceau de Mike Oldfield (qui comme chacun sait à des origines irlandaises).

 

 

 

 

 

Autre interprète : Stephen Bennet.

 

harpeg5

 

Guitariste très connu qui remporté de nombreuses distinctions et a joué  partout dans le monde, Stephen Bennet est aussi un maître de la harpe-guitare.

Ce natif de l'Oregon a aussi créé le "Harp Guitar Gathering" un rassemblement qui réunit des musiciens, des amateurs de l'instrument, des luthiers, des musiciens débutants.

A ce jour, ce compositeur de grand talent a déjà enregistré de nombreux disques de guitare et de harpe-guitare.

 

 

 

 

 

 

 

Troisième interprète : Antoine Dufour.

 

harpeg6

 

Guitariste Québecois né en 1979, Antoine Dufour a débuté à l'âge de 15 ans.

Durant son apprentissage, Antoine a écouté de grands guitaristes comme Don Roos, Michael Hedges, Leo Kottke.

Professionnel depuis 2004, il a remporté plusieurs prix en "finger style" en 2005.

Depuis il a fait de nombreuses tournées au Canada, en Angleterre et aux U.S.A.

Il a déjà enregistré six albums avec ses propres compositions.

Depuis peu, Antoine Dufour s'est intéressé à la harpe-guitare.

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous aurez sans doute remarqué que les trois guitaristes précédents ne font pas de la musique Celtique.

Il s'agissait surtout de faire apprécier les possibilités de ce curieux instrument si bien mises en valeur par des virtuoses.

 

 

Yaouen, l'artiste suivant lui est tout à fait dans le domaine de la musique Celtique.

 

harpeg4

 

Durant son adolescence, il apprend la guitare.

C'est à cette époque qu'il découvre toutes sortes de musiques : le hard-rock, le rock, le folk puis le funk et encore le jazz.

Devenu professeur de guitare, compositeur et arrangeur Yaouen se sent progressivement attiré par la musique Celtique.

Les paysages, l'ambiance envoûtante de la Bretagne lui donnent l'envie de composer et aussi de chanter.

Il prend des cours de chants et rencontre des paroliers qui lui donnent l'envie d'écrire ses propores chansons.

C'est ainsi que vient l'idée du personnage Yaouen le marin Breton.

 

 

 

 

Peu après, il découvre alors la harpe-guitare et devient très vite "amoureux" de cet instrument.

Yaouen demande au luthier Cedric Verglas de lui fabriquer une harpe-guitare sur mesure.

Ensembles les deux hommes conçoivent une petite merveille de vingt cordes.

Six cordes pour la guitare, six basses accordées en fa-sol-la-si-do-ré et 8 aigues accordées en la-si-do-ré-mi-fa-sol-la.

la harpe-guitare permet donc à Yaouen de composer à troix voix et de donner libre cours à son imagination.

 

Début 2014, Yaouen a enregistré un cd "Entre Ciels et Terres".

Dans ce disque, Yaouen rend hommage à la Bretagne, aux Bretons et aux marins.

 

Pour plus d'infos : link

 

harpeg8

 

Au gré des vibrations de sa harpe-guitare, Yaouen exprime ses émotions internes et la beauté des paysages qui   l'entourent.

La vidéo ci-dessous est remarquable tant au niveau musical qu'au niveau des images qu'elle contient.

 

 

 

 

 

Laissons-nous emporter par ce vent celtique...

 

 

 

harpeg2

 

 

 

 

 


Par Rakaniac - Publié dans : Divers - Communauté : Les cultivores - Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Mercredi 9 avril 2014 3 09 /04 /Avr /2014 22:48

Né à Cork en 1931, John Reidy est un compositeur et chef d'orchestre Irlandais.

Adolescent il étudie le piano, l'orgue et le violon puis la composition musicale.

Il écrit d'abord de la musique expérimentale puis s'intéresse à la musique traditionnelle irlandaise dans les années soixante.

 

riad1

 

Il décide alors de donner une consonnance gaélique à son nom en se faisant appeler Sean O' Riada.

Avec une de sa composition "Mise Eire" (je suis l'Irlande) il atteint une certaine notoriété en 1959. 

"Mise Eire" mélange de la musique tradtionnelle irlandaise avec des chants anciens, le tout arrangé pour un orchestre classique.

Paradoxalement, au début des années '60 la musique traditionnelle irlandaise était jouée occasionellement dans les pubs londoniens mais très peu en Irlande.

Sean O'Riada va être un des principaux artisans de la renaissance de cette musique dans les années '60.

A l'époque, il joue également du bodrhan et du clavecin et forme un groupe les Ceoltori Chualann qui joue de la musique traditionnelle.

Le dernier enregistrement de ce groupe en 1969 s'intitule "O Riada Sa Gaity".

Ensuite une bonne partie des membres de Ceoltori Chualann vont former un autre groupe qui s'appellera les Chieftains mais ça, c'est une autre histoire...

 

 

En 1987, Donal Lunny est invité à se produire  avec son groupe dans le cadre des concerts "O'Riada Retrospective" organisés au National Concert Hall de Dublin.

A noter que ce spectacle fera l'objet d'un cd édité par Gael-Linn.

 

riad3

 

Pour la circonstance, Donal Lunny a formé un nouveau groupe avec son frère Manus Lunny (bouzouki) Arty Mc Glynn (guitare), Nollaig Casey (fiddle), Steve White (percussions), Damien Quinn (bodhran), Sean Og Potts (uilleann pipe - claviers) et le tout jeune flûtiste Cormac Breathnach.

 

Seulement six titres pour ce disque qui contient des traditionnels et de musiques composées par Donal Lunny.

Les compositions de Donal sont parfois complexes mais toujours bien harmonisées et entraînantes.

Comme d'habitude notre diable d'homme se multiplie au bouzouki et aux claviers pour mettre en valeurs les qualités des divers solistes de son groupe.

 

Dans l'extrait ci-dessous on peut apprécier les talents de Cormac Breatnach  à la flûte et de Nollaig Casey (Nollaig Ni Chathasaigh) au fiddle (une musicienne qui plus tard fera partie de l'Héritage des Celtes).

 

 

 

 

 

Le titre suivant "Declan" (en hommage à Declan Mc Nelis décédé en avril 1987) est un morceau plus triste.

La flûte mais aussi l'uilleann pipe y sont très présents.

Un critique musical disait à propos de Sean Og Potts que la manière dont il joue de l'uilleann pipe ferait tirer des larmes à une pierre.

Je pense que c'est vrai, sa cornemuse est à la fois sonore et  émouvante.

 

 

 

 

 

Troisième extrait, une suite de polkas.

Je viens d'évoquer ce titre de mon article Fête de la Saint Patrick à Dison où je vous parlais du groupe Roots

qui joue également ces morceaux.

"Denis Doody's" est un traditionnel, "Tolka Polka" est une composition de Donal Lunny.

Un rythme incroyable dans cette suite où les musiciens font preuve d'une très grande virtuosité.

Avec sa mélodie particulière, Tolka Polka ne doit pas être du tout évident à jouer.

Accrochez-vous, c'est parti !

 

 

 

 

 

Merci et bravo à Donal Lunny 

Merci à Sean O' Riada pour tout ce qu'il a fait pour la musique irlandaise.

 

 

riad2


Par Rakaniac - Publié dans : Musique Irlandaise - Communauté : Les cultivores - Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

Mercredi 19 mars 2014 3 19 /03 /Mars /2014 22:59

Ce 14 mars dernier, le Centre Culturel de Dison et l'asbl F.E.L. organisaient un concert pour célébrer la Saint Patrick avec quelques jours d'avance.

Une bonne habitude qui dure depuis plusieurs années déjà et qui fait de Dison un "chef lieu" de la musique folk dans l'Est de la Belgique.

Comme ce fut le cas pour Luc Pilartz : Celtic Attitude le spectacle avait lieu dans la nouvelle et belle salle "Comédis" construite sur l'ancien site d'Interlac.

 

Formule habituelle, deux groupes étaient invités.

Une première partie "concert" avec le groupe "Roots", un entracte pour rendre hommage à la Guiness puis une seconde partie "bal" avec le groupe "Balbuzar".

 

dison2

 

Groupe Flamand de la région de Dendermonde, Roots est un groupe très agréable à écouter.

En montant sur scène, les sept musiciens dégagent une impression de sympathie qui se confirme dès que le chanteur Jan Van Rossem s'adresse au public en souriant et en faisant l'effort de parler en Français.

Sept sur scène donc puisque en plus de Jan Van Rossem (guitare, percussions, chant) on compte aussi Laure Sabbe (chant et percussions), Erwin Sabbe (chant, guitares acoustique et électrique, mandoline) , Christoph Elaut (basse, contrebasse), Tom Voets (batterie), Johan De Greef (accordéon) et Diede Verpoest (violon).

 

Avec beaucoup de talent, Roots nous interprète des chansons et des instrumentaux.

Des reprises d'artistes Irlandais comme Solas, Patrick Street, Gaelic Storm, Donal Lunny...mais aussi des chansons composées par Jan Van Rossem ou Erwin Sabbe.

Certaines chansons se terminent par des parties instrumentales qui permettent déjà à une partie du public de danser.

 

dison3

 

Jan Van Rossem a une voix très agréable et beaucoup de présence sur scène.

C'est aussi le cas de Laure Sabbe. J'ai beaucoup aimé sa version de "The Maid who sold the Barley" et "Nil Na La" (deux chansons de Solas) , la seconde étant chantée en Gaélique avec beaucoup de maîtrise.

 

J'ai été étonné par leurs qualités d'instrumentistes.

Christoph Elaut et Tom Voets assurent au niveau de la rythmique.

Passant d'un instrument à l'autre, Erwin Sabbe flatte nos oreilles en saupoudrant l'ensemble de diverses sonorités.

Quant aux deux solistes ils sont tout simplement très forts. J'ai vraiment apprécié le jeu tout en finesse de Johan De Greef à l'accordéon (il me fait un peu penser à Dermott Byrne du groupe Altan) et aussi la manière de jouer du violoniste Diede Verpoest. Un tout jeune musicien qui a déjà un fameux registre.

Par exemple, leur interprétation du titre "Music for a found harmonium" (Patrick Street) est vraiment très bonne.

Que dire alors de "Denis Doody's/ Tolka Polka" une suite de polkas tirées d'un disque de Donal Lunny, Diede et Johan  jouent de façon magnifique ce morceau qui n'est pas facile du tout.

 

 

J'étais sous le charme et c'est donc tout naturellement que j'ai acheté leur cd "Point blue" sorti en 2013.

 

dison1

 

A noter que sur le disque il y a une musicienne supplémentaire : Leen Van Havermaet (flûtes et saxophone) qui ajoute encore d'autres couleurs musicales à ce très bon disque.

 

je vous recommande donc chaudement ce goupe si vous êtes de passage en Belgique et particulièrement dans le Nord du pays.

 

 

 

 

 

Comme chaque année durant la pause, l'occasion de retouver des potes en vénérant ce bon Saint Patrick autour d'une Guiness ou autre jus de houblon.

Aussi d'aller "fouiner" après l'une ou l'autre rareté dans l'habituel stand cd.

 

 

 

 

Après cela, deuxième partie : le bal folk.

En piste pour les danseurs au son des musiques de Balbuzar.

Balbuzar, un trio qui existe depuis fin 2009.

 

dison4

 

Avec Renaud Baivier aux percussions, Fredo Zupi au violon et Simon Gielen à l'accordéon diatonique.

Renaud Baivier marque très bien le rythme, ce qui est primordial pour de la musique à danser.

Fredo Zupi est un violoniste au jeu très précis.

Quant à Simon Gielen, on ne le présente plus vraiment. il marche sur les traces de son professeur Didier Laloy.

Même façon de tenir son accordéon, même jeu énergique et un talent énorme.

Le concert de Dison était cependant sa dernière apparition avec Balbuzar car Simon va s'orienter vers d'autres projets.

 

Balbuzar joue des compositions originales et des musiques traditionnelles qui ont toutes en commun la danse.

Danse qui se décline en mazurkas, scottish, an-dros, gigues, polkas, cercles circassiens...

Rien que des airs entraînants pour attirer les danseurs venus nombreux une fois de plus.

Il faut dire que Simon Gielen et ses amis s'y entendent pour faire "bouger" le public.

Ce bal fut une réussite et les danseurs en ont redemandé.

 

 

 

 

 

 

Et une fois de plus, grand merci aux organisateurs pour cette très belle Saint Patrick.

Partout en Europe ainsi qu'aux U.S.A. ce bon Saint Patrick aura été vénéré avec ferveur.

Qui donc a dit que les gens ne croyaient plus en rien ? 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Par Rakaniac - Publié dans : Musique Irlandaise - Communauté : Les cultivores - Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires

Présentation

Traduction Google

Gadgets fourni par Google

Commentaires

Contactez-moi

Si vous avez des questions,
mon mail est rakaniac@gmail.com
Je vous répondrai avec plaisir.


 

Me voici (à droite), ma fille (à gauche), et nos 2 labradors noirs : KI DU (chien noir en breton) & YEPA (princesse de l'hiver en indien)

 

 
Cliquez sur la harpe
pour revenir à l'accueil

Marque-Page

  • Flux RSS des articles

Recherche

Irish Festival

Irish Music Festival
Miltown Malbay 1991

  Autres photos dans
l'album Irlande 1991

 

  Si vous avez des questions,
contactez-moi : rakaniac@gmail.com

 Je vous répondrai avec plaisir.

 


Cliquez sur la harpe

pour revenir à l'accueil

Images Aléatoires

Recommander

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés