Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 17:25
On pourrait considérer Louis Capart comme le "frère" de Claude Besson.
Car c'est vrai qu'il y a une série de points communs entre le chanteur sénan et le barde de Kérouze.
Tous deux sont Bretons mais ont vécu leur enfance et leur adolescence à Paris, principalement dans le quartier Saint Denis.
Pour diverses raisons, ils ont ensuite décidé de retourner vivre en Bretagne.
Depuis leurs débuts, la barbe et les cheveux longs font partie de leur look.
Tous les deux ont écrit une chanson à propos de l'île de Sein (Ile de Sein pour Claude et Marie-Jeanne-Gabrielle pour Louis).

A titre personnel, c'est en 1983 que j'avais acheté à Lorient un 33 tours de Claude Besson et un autre de...Louis Capart.
Découvrant ainsi deux chanteurs-poètes de grande qualité.

Vous ayant déjà parlé de Claude Besson à plusieurs reprises, il était tant d'écrire d'autres lignes à propos de Louis Capart.



Durant toute son enfance, Louis fera de fréquents allers et retours entre Paris et l'île de Sein dont sa mère est originaire.
C'est dans ses nombreux séjours sur l'île qu'il découvrira ses véritables racines et qu'il accumulera des sensations qui influenceront sa démarche artistique.

Employé à la fonction publique, Louis commence à chanter en amateur au début des années '80.
En 1982, il enregistre son premier disque "Marie-Jeanne-Gabrielle" qui va rapidement connaître un certain succès.
En 1984, il décide d'arrêter son métier de fonctionnaire pour se consacrer totalement à la chanson.

Même s'il passe peu dans les médias, Louis Capart va très vite se lancer dans des tournées en Bretagne puis en France et à l'étranger (U.S.A., Russie, Pays-Bas...)
Dans la foulée il sort un deuxième album "Floraison" en 1984 puis un troisième "Patience" en 1986.

A cette époque, son travail est récompensé par un prix de l'Académie Charles Cros et un autre de la Sacem.
Louis Capart se produit aussi bien dans des petites salles que dans des festivals comme les "Fêtes de Cornouaille ou l'Interceltique de Lorient.

Depuis ses débuts, Louis Capart remporte un succès important en Allemagne où ses concerts son nombreux.
Son quatrième album s'intitule d'ailleurs "Berlin" et sort en 1992.
Plus tard, Louis va s'attirer de nombreuses synpathies dans ce pays, au point de collaborer et d'enregistrer avec le "Duo Balance" un couple de jeunes chanteurs allemands.

En 1997, Louis décide d'interpréter une série de chansons de divers auteurs.
Il enregistre donc "Rives Gauches de Bretagne et d'Ailleurs" un disque sur lequel il chante Léo Ferré, Gilles Servat, Brassens, Glenmor...
"Rives gauches" aussi pour marquer son appartenance à cette catégorie de chanteurs-poètes parfois en marge mais très talentueux.
En parcourant so "Myspace", on s'apperçoit que Louis cultive de nombreuses amitiés avec une série d'artistes venus d'horizons divers. Des gens pas nécessairement connus mais dont les talents sont indéniables.

"Héritage sénan" sort en 2001, un disque qui sera une fois de plus très bien accueilli par la critique.

Louis Capart Continue de tourner en Europe (une quinzaine de pays), tandis que ses chansons sont reprises sur diverses compilations consacrées à la Bretagne ou à la chanson française.
Sur You Tube, on peut voir aussi un interview réalisé par Jürgen Wagner sous la forme d'une série de vidéos.

Enfin, en 2009, il a enregistré un nouveau disque "Voyage d'une île à l'autre" avec Duo Balance.


En ce qui me concerne, ma connaissance de Louis Capart est plus limitée puisque j'en suis (pour l'instant !) resté à son premier disque.
En écoutant l'album "Marie-Jeanne-Gabrielle" j'ai directement été touché par cette voix claire et douce.
Touché aussi par la po��sie qui émane de chaque phrase.
Sur le 33 tours, l'ordre de chansons (face A- face B) est inversé par rapport au cd.
Pas grande importance me direz-vous si ce n'est que ça m'a d'abord permis de découvrir et d'apprécier d'autres chansons avant le fameux titre "Marie-Jeanne-Gabrielle".

Toute la poésie de titres comme "Saint-Denis à l'ombre des cheminées" ou "J'ai tant navigué sur la terre" qui parle de rencontre et d'amour.
Toute l'insoucience et la gaité d'une chanson comme "Amélie,noir et blanc".
Et aussi la découverte d'un titre que j'adore "Il faudra que je me souvienne" dont j'apprécie autant la musique que les paroles, du grand art !



Puis bien sûr il y a cette chanson consacrée à l'île de Sein, Marie-Jeanne-Gabrielle.
Louis explique qu'il s'agit des prénoms de sa mère.
Chanson magnifique où Louis décrit la vie difficile sur cette île battue par les vents et les flots.
Cette chanson reste la plus connue de son répertoire.

Louis est guitariste et privilégie des accompagments assez soft pour bien mettre ses textes en valeur.
Sur ce disque, il est rejoint par Laurent Bouillot à la guitare acoustique et par Christian Viaud à la basse.
Au fil des chansons, je trouve que les deux guitares se complètent très bien.
La basse apporte un bon soutien dans des titres comme "cette chanson qui ne vient jamais" ou "Il faudra que je me souvienne".
la guitare de Laurent Bouillot sonne parfois comme un bouzouki (ex.la fable d'une histoire dérisoire) ce qui n'est pas déplaisant non plus.

Louis Capart est aussi très doué pour les descriptions.
En quelques images, il nous plonge dans une ambiance feutrée (Le Voyageur) qui fait qu'on à l'impression de l'écouter...au coin de ce feu.
Il est également parfois constestataire ("Monsieur le directeur", "Ils viendront vous botter les fesses") même si cela reste une douce révolte.

Après tant d'années, ce disque teinté de douceur et de poésie reste très agréable à écouter.

Ayant acquis depuis peu la version cd, j'ai été très content de voir qu'il y avait un bonus de trois nouvelles chansons.
En fait il s'agit de trois titres de son deuxième album "Floraison".
Bruno Ange à la contrebasse et Alain Breheret aux claviers sont venus renforcer l'équipe.

Dans sa chanson "Floraison" Louis Capart nous parle de destinée sur une musique un peu "latino".

"Le goût du retour" nous parle de choix qu'il faut faire pour vivre avec un nouvel amour tout en renonçant aux liens de son passé. Dans ce titre, Louis me fait penser à Yves Duteil dans sa manière de chanter.

Enfin, je suis impressionné par "J'ai caché ma colère".
Un texte franchement constestataire mi-chanté, mi-récité dans lequel Louis n'est pas tendre avec notre époque.
Un texte remarquable, qui ouvre d'autres directions.

Une chanson qui donne encore plus envie de mieux connaître Louis Capart.

link

link












Partager cet article

Repost0

commentaires

Glorfinn 30/08/2009 13:11

Enorme !!J'ai toujours connu et vu Louis Capart parce qu'il est membre de l'association Mots et Musiques, qui donne un concert d'anniversaire chaque année. Ma mère a toujours été présente à ce concert, et Louis Capart est venu très souvent ! La dernière fois, c'était le 14 juin (cette année), il a chanté quelques unes de ses premières chansons, dont "Marie Jeanne Gabrielle" et "L'an mil" (celle-ci est ma préférée) ... C'était magique !Et il est très sympathique  ;)

patate 23/08/2009 14:02

Marie jeanne gabrielle est ma prefere

canelle56 30/07/2009 20:59

Merci pour toutes ces informations , je vais ecouter ce Monsieur avec attentionbonne soirée , bises

Présentation

  • : Musique Celtique : ma Passion
  • Musique Celtique : ma Passion
  • : La musique celtique est ma Passion. Alan Stivell, Donal Lunny, Andy Irvine, Gilles Servat, Claude Besson, John Doyle, Christy Moore, Kevin Burke, Gabriel Yacoub, Tri Yann, Karan Casey, Tannahill Weavers, Dan Ar Braz, Ossian ,Silly Wizard,Capercaillie, Solas, Lunasa, Dervish, Altan, Old Blind Dogs,Fairport Convention, Clannad,The High Kings, Davy Spillane, Cormac Breatnach, John Mc Sherry, Michael Mc Goldrick, Tony MacManus, William Jackson, Phil Cunningham, Tim Edey, Steven Cooney, Liam O' Flynn, Julie Fowlis,Cécile Corbel, Gwenael Kerleo...
  • Contact

Traduction Google

Gadgets fourni par Google

Recherche

Contactez-moi

Si vous avez des questions,
mon mail est [email protected]
Je vous répondrai avec plaisir.


 

Me voici (à droite), ma fille (à gauche), et nos 2 labradors noirs : KI DU (chien noir en breton) & YEPA (princesse de l'hiver en indien)

 

 
Cliquez sur la harpe
pour revenir à l'accueil

Irish Festival

Irish Music Festival
Miltown Malbay 1991

  Autres photos dans
l'album Irlande 1991

 

  Si vous avez des questions,
contactez-moi : [email protected]

 Je vous répondrai avec plaisir.

 


Cliquez sur la harpe

pour revenir à l'accueil

Articles Récents

  • MoïRa
    A plusieurs reprises j'ai déjà ouvert ce blog à des artistes qui ne sont pas spécifiquement "celtiques". C'est le cas pour la chanteuse MoïRa que l'on pourrait d'avantage classer en chanson française et anglaise mais pas que...car elle touche aussi au...
  • Les albums de ma jeunesse (10) : Ys "Madame La Frontière"
    J'avais déjà présenté ce disque en novembre 2007 mais je ne pouvais pas ne pas le citer en tant qu'album qui a marqué ma jeunesse. Je vais donc en reparler sans pour autant reproduire mon article précédent. Paru en 1976 ce vinyle a énormément tourné sur...
  • Les albums de ma jeunesse (9) : Ossian "Dove Across the Water"
    En 1983 j'étais en vacances en Bretagne. J'ai trouvé ce vinyle chez un disquaire de Lorient. Après les Tannahill Weavers, je découvrais mon deuxième groupe folk écossais. Sur la pochette arrière on voyait les musiciens avec des instruments comme la harpe,...
  • Les albums de ma jeunesse (8) The Tannahill Weavers : The old woman's dance
    En 2018 les Tannahill Weavers ont fêté leurs cinquante ans d'existence en sortant un nouvel album "Orach" dans lequel ils ont invité toute une série d'anciens membres et autres amis musiciens. C'est en effet en 1968 que Roy Gullane (guitare et chant),...
  • Les albums de ma jeunesse (7) Dan Ar Bras "Douar Nevez"
    Né à Quimper en 1949, Daniel Le Bras (rebaptisé Dan Ar Bras par Alan Stivell) enregistre son premier album solo en 1977. A l'époque Dan est déjà très connu comme guitariste en Bretagne. Bien sûr en tant que musicien d'Alan Stivell (de la fin des années...
  • Les albums de ma jeunesse (6) Gwendal : Joe Cant's Reel
    Ce doit être en 1977 que j'ai découvert ce groupe au travers de cet album paru en 1975 qui était déjà leur second opus. Par rapport aux groupes bretons que je connaissais déjà Gwendal était assez différent. En fait, d'une part on avait affaire d'avantage...
  • Les albums de ma jeunesse (5) : Sonerien Du "Feunteun an aod"
    En 1977, un collègue m'avait prêté un vinyle de ce groupe intitulé "Bal Breton n°3" un disque auquel participaient aussi Dan Ar Braz (guitare électrique) et Michel Santangeli (batterie). Je l'avais aussitôt enregistré sur une cassette audio et avais bien...
  • Les albums de ma jeunesse (4) : An Triskell "Kroaz Hent"
    De retour de vacances à Perros-Guirec un ami m'avait ramené ce 33 tours en 1977. C'est ainsi que j'ai découvert ce groupe An Triskell (devenu plus tard Triskell) dont les deux membres fondateurs jouaient de la harpe celtique. Je connaissais l'instrument...
  • Pierre du Québec m'a écrit (Claude Besson)
    Dernier hommage à Claude Besson à travers le témoignage de son ami Pierre du Québec. Claude nous a quitté le 23 mars dernier et j'avais publié un article pour évoquer cela ainsi que la mort de Yann-Fanch Kemener décédé une semaine plus tôt. A ma grande...
  • Les albums de ma jeunesse (3) : Tri Yann "La découverte ou l'ignorance"
    Après Stivell et Malicorne, Tri Yann est le troisième groupe folk que j'ai découvert en 1976 à travers ce 33 tours. "La découverte ou l'ignorance" est déjà le quatrième album des "Trois Jean de Nantes" un groupe formé en 1969. En Belgique il n'était pas...