Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 21:06
J'ai découvert la bombarde grâce aux premiers disques d' Alan Stivell.
J'étais sous le charme de titres comme "An Alarc'h", "An Dro Nevez" ou bien sûr le terrible "Pop Plinn".
Cette sonorité à la fois si belle et si puissante m'interpellait beaucoup.
Au point que j'ai voulu m'en procurer une pour apprendre à en jouer.
Un ami m'avait alors conseillé d'essayer d'abord avec une flûte irlandaise (whistle) car le nombre de trous et la positions des doigts sont les mêmes que sur la bombarde.
Sage conseil puisque l'apprentissage du whistle m'a d'une part donné le goût pour cet instrument et m'a d'autre part aidé pour le doigté de la bombarde.
Pourtant la difficulté se trouve allieurs.
Il faut, en effet, faire plus d'effort pour bien maîtriser son souffle et pour pincer correctement l'anche de la bombarde.
Il y a toute une technique par rapport au positionnement de la langue et des lèvres par rapport à l'anche.
C'est sûr que quand on maîtrise cette technique, c'est moins fatiguant mais il n'en reste pas moins que la pratique de cet instrument n'est pas aisée.
La bombarde bretonne se joue d'ailleurs rarement seul mais plutôt en couple avec un biniou ou une cornemuse ou encore une autre bombarde.
Par contre, lorsqu'on arrive à en tirer des sons, c'est terriblement gratifiant !




La bombarde est un instrument à vent de la famille des hautbois.
Depuis le Moyen-Age, l'instrument était répandu dans l'Europe entière. petit à petit, il a disparu au profit d'instruments plus sophistiqués et moins sonores.
Car la bombarde est un instrument puissant fait pour jouer en plein air.
En Bretagne, la bombarde a subsisté même si elle avait été mise à l'index par l'Eglise qui la considérait comme "instrument du diable".
Pourtant, aujourd'hui encore, il existe tout un répertoire de musiques sacrées (souvent pour bombarde et orgue) qui sont jouées dans les cérémonies religieuses ou les Pardons (sortes de processions).

La bombarde est composée de trois parties.
Le fût ou corps légèrement conique est percé de six ou sept trous.Il y a souvent une clé pour boucher le dernier trou.
Le pavillon, parfois amovible qui est de forme évasée et se trouve a l'extrémité du fût. Il sert à amplifier les sons.
A l'autre extrémité se trouve l'anche double (en roseau) que le musicien fait vibrer en soufflant.
les bombardes sont fabriquées en bois de poirier, de buis, de pallisandre ou d'ébène.

Son registre s'étend sur deux octaves (diatonique).
La tonalité la plus courante est le si bémol mais il existe des bombardes en do, en ré, en sol en la ou en fa.
Trois doigts de la main gauche pour les trous les plus proches de la bouche. La main droite s'occupe des trois autres trous et l'auriculaire appuie sur la clé pour boucher le septième trou.
La note la plus aigüe est obtenue quand tous les trous sont ouverts et ainsi de suite.
Pour faire des demi-tons, il faut boucher la moitié d'un trou.

En Breton, l'instrument s'appelle "ar vombard" ou "talabard", le sonneur de bombarde est donc le "talabarder".

En dehors de la musique religieuse, l'utilisation la plus ancienne de la bombarde s'est d'abord rencontrée au niveau des sonneurs de couple.



Le talabarder jouait en compagnie d'un sonneur de biniou.
le biniou est une petite cornemuse avec un son aigu.
Il est accordé une octave plus haut que la bombarde et est muni d'un seul bourdon (une note d'accompagnement continue).
Depuis plusieurs siècles, les sonneurs de couple parcouraient les villages et sonnaient des airs traditionnels. Principalement des musiques à danser pour des occasions (fêtes, mariages...).
Ils véhiculaient ainsi tout un répertoire qui se transmettait principalement de façon auditive aux générations suivantes car ils utilisaient peu de partitions.
(la transmission orale en a fait de même pour la chanson traditionnelle et le kan ha diskan).
Jean Baron (bombarde) et Christian Anneix (biniou) forment un des couples de sonneurs les plus réputés en Bretagne.

Au début du XXème siècle, diverses associations, des cercles celtiques, prirent consience qu'il était indispensable de préserver le patrimoine de la musique traditionnelle Bretonne.
De nombreux collectages de chants et d'instrumentaux furent effectués dans les villes et dans les campagnes.
De nombreux musiciens amateurs ou professionnels furent invités à transmettre leurs répertoires et de nombreux enregistrements furent réalisés.

C'est à cette époque aussi que furent créés les bagadou.
Calqués sur les "pipe-bands" écossais, les bagadou sont des ensembles musicaux regroupant des joueurs de bombardes, des batteurs qui jouent des tambours et des "caisses claires" et des joueurs de cornemuses.
C'est depuis cette époque que l'on emploie les mots "biniou braz" (grand biniou) pour distinguer la grande cornemuse de Bretagne par rapport au "biniou kozh" (biniou ancien).



Né en 1920 à Guimgamp, Polig Monjarret aura une influence primordiale sur l'expansion de la musique des bombardes et binious en Bretagne.
A la fois collecteur et musicien (violon et bombarde), il crée en 1943 la B.A.S. (Bodadeg Ar Sonerion) c'est à dire l'assemblée des sonneurs.
Ce groupement de musiciens sera à la base de la création des bagadou à la fin des années '40.

Aidé par son épouse (Saig le Foll) il collecte de très nombreux d'airs qui lui sont envoyés par des correspondants. Et publie en 1984 "Toniou Breizh Izel"  soit 2000 airs collectés en Basse Bretagne.
Polig Monjarret jouera aussi en couple avec le sonneur de biniou Dorig Le Voyer.

C'est Polig Monjarret qui a introduit le biniou braz en Bretagne, c'est lui aussi qui est à l'origine du festival interceltique de Lorient.

Gilles Servat a composé une chanson à sa mémoire "Le général des binious".


Autre personnage qui a terriblement influencé la musique des bagadou : Roland Becker.
"Personnage", le mot n'est pas trop fort car Roland est un musicien hors du commun.

Né à Auray d'une mère Bretonne et d'un père Allemand, Roland Becker va très jeune s'intéresser à la musique. Logique puisqu'il y a des musiciens dans ses ascendants (arrière grand-père chef d'orchestre et grand père batteur).
Il apprend la bombarde à l'âge de 11 ans puis le saxophone un an plus tard.
Tout en étudiant la musique classique au conservatoire de Rennes il apprend aussi la contrebasse ainsi que les claviers.
Membre du bagad d'Auray, il transforme ce dernier en orchestre et introduit des arrangements très sophistiqués dans la musique de ce bagad au point de le faire triompher au festival de Lorient.

En vacances dans la région en 1983, j'ai eu la chance de le voir sur scène du côté de Carnac avec le bagad d'Auray, c'était impressionnant !

En 1980, Alan Stivell l'embauche comme talabarder pour jouer dans la "Symphonie Celtique".
Youenn Sicard, Dominique le Boucher et Christian Faucheur sont les autres sonneurs de bombarde invités sur ce disque.

En 1982, Roland Becker enregistre son premier disque "Fallaen".
Sorte de fusion jazz-folk-rock, cet album est plutôt du genre décoiffant !
Toutes les compositions musicales sont de Roland qui se déchaîne à la bombarde, au saxophone, aux synthés ainsi qu'aux percussions.
Bien entouré par onze musiciens (dont Hubert Raud à la cornemuse) qui rivalisent d'ingéniosité pour accompagner le "maître" avec leurs guitare électrique, batterie, cornemuses et autres claviers.
Des titres comme "Fallaen" (Eclipse) ou "Jig a Dreuz" sont vraiment extraordinaires.

A l'époque, j'avais aussi eu l'occasion de voir Roland sur FR3.
 
Bien sûr, ce musicien d'exception n'en restera pas là.
Sorti en 2008, "Chants de la nuit" est déjà son dixième cd.
Durant l'intervalle, Roland Becker a enregistré des disques de fusion dans la lignée de son premier album mais aussi des disques plus intimistes et acoustiques comme "Kof a Kof" (un saxophone et un accordéon) ou "L'Orchestre national breton" (bombarde, biniou, tambour).

En 1994, il sort un livre (co-écrit par Laure Le Gurun) intitulé la musique bretonne, un ouvrage très bien documenté.

Toute sa carrière, Roland Becker aura été à l'écoute de la musique bretonne la plus enracinée.
Les musiques des sonneurs de couple et celles des bagadou ont bénéficié et bénéficient encore de ses recherches et de son immense talent.

Le bagad est composé d'une bonne trentaine de musiciens. Plus ou moins un tiers de sonneurs de bombardes, un tiers de sonneurs de cornemuses et un tiers de percussionnistes.
Les bagadou sont classés par catégorie et disputent de nombreuses compétitions pour désigner les champions régionaux et le chanpion de Bretagne.
 
Alan Stivell a fait ses débuts dans le bagad Bleimor.
Le bagad de Lann-Bihoué a été rendu célèbre par la chanson d'Alain Souchon.

Dans les années '90 l'Héritage des Celtes enmené par Dan Ar Braz a fait connaître au grand public le bagad Quimper.
Deux fameux solistes dans ce bagad :Erwan Ropars qui dirigeait les cornemuses (il est aussi membre du jury au trophée Mac Allan de l'Interceltique) et Jean-Louis Henaff qui dirigeait les bombardes (il accompagna aussi Dan Ar Braz au whistle au concours de l'Eurovision).
Sans oublier un autre sonneur, Ronan Le Bars (cornemuse et uilleann pipe) qui était aussi dans l'Héritage des Celtes.

Le bagad Quimper est même connu au delà des frontières de l'Europe puisque Johnny Clegg, le célèbre chanteur sud-africain a enregistré avec eux.


Ces dernières années, Gilles Servat enregistre souvent avec le bagad Ronsed Mor de Lokoal-Mendon. André Le Meut (virtuose de la bombarde) en est le directeur. Il s'est d'ailleurs produit à plusieurs reprises aux "Nuits Celtiques" du stade de France.

Enfin, chaque année, le Festival Interceltique de Lorient débute par la grande parade des nations celtes.
Spectacle haut en couleurs où défilent de nombreux bagadou accompagnés de danseurs en costumes traditionnels, des pipe-bands et d'autres groupes des divers pays celtiques.
Que du bonheur pour les amateurs du genre.

 








  link

  link






  







Partager cet article

Repost0

commentaires

Video Bagad 02/12/2016 23:53

Hello,
Bel article sur la musique bretonne. Bravo ! Je vois qu'à la fin, vous mentionnez le bagad kemper, voici une playlist de leurs prestations en concours si vous le souhaitez : http://video-bagad.xyz/playlist/bagad-kemper/
Ca intéressera surement quelques lecteurs :)

unyysa 16/09/2011 03:21


geuAPq fcgqhmgrntli, [url=http://boqvujjavfwa.com/]boqvujjavfwa[/url], [link=http://cnnhtwcvrhsf.com/]cnnhtwcvrhsf[/link], http://nstfwfebsmqz.com/


Glorfinn 11/10/2009 17:52


Mon prof d'uillean-pipe avait connu un joueur de bombarde qui accompagnait un organiste, et il paraît qu'on l'entendait très bien quand même !
ça porte bien, ce petit instrument ...


annie 05/10/2009 18:30


Joli article et très complet qui complète bien celui que j'ai fait aujourd'hui pour le thème de la semaine de Dana, le biniou
Bonne soirée


Présentation

  • : Musique Celtique : ma Passion
  • Musique Celtique : ma Passion
  • : La musique celtique est ma Passion. Alan Stivell, Donal Lunny, Andy Irvine, Gilles Servat, Claude Besson, John Doyle, Christy Moore, Kevin Burke, Gabriel Yacoub, Tri Yann, Karan Casey, Tannahill Weavers, Dan Ar Braz, Ossian ,Silly Wizard,Capercaillie, Solas, Lunasa, Dervish, Altan, Old Blind Dogs,Fairport Convention, Clannad,The High Kings, Davy Spillane, Cormac Breatnach, John Mc Sherry, Michael Mc Goldrick, Tony MacManus, William Jackson, Phil Cunningham, Tim Edey, Steven Cooney, Liam O' Flynn, Julie Fowlis,Cécile Corbel, Gwenael Kerleo...
  • Contact

Traduction Google

Gadgets fourni par Google

Recherche

Contactez-moi

Si vous avez des questions,
mon mail est [email protected]
Je vous répondrai avec plaisir.


 

Me voici (à droite), ma fille (à gauche), et nos 2 labradors noirs : KI DU (chien noir en breton) & YEPA (princesse de l'hiver en indien)

 

 
Cliquez sur la harpe
pour revenir à l'accueil

Irish Festival

Irish Music Festival
Miltown Malbay 1991

  Autres photos dans
l'album Irlande 1991

 

  Si vous avez des questions,
contactez-moi : [email protected]

 Je vous répondrai avec plaisir.

 


Cliquez sur la harpe

pour revenir à l'accueil

Articles Récents

  • MoïRa
    A plusieurs reprises j'ai déjà ouvert ce blog à des artistes qui ne sont pas spécifiquement "celtiques". C'est le cas pour la chanteuse MoïRa que l'on pourrait d'avantage classer en chanson française et anglaise mais pas que...car elle touche aussi au...
  • Les albums de ma jeunesse (10) : Ys "Madame La Frontière"
    J'avais déjà présenté ce disque en novembre 2007 mais je ne pouvais pas ne pas le citer en tant qu'album qui a marqué ma jeunesse. Je vais donc en reparler sans pour autant reproduire mon article précédent. Paru en 1976 ce vinyle a énormément tourné sur...
  • Les albums de ma jeunesse (9) : Ossian "Dove Across the Water"
    En 1983 j'étais en vacances en Bretagne. J'ai trouvé ce vinyle chez un disquaire de Lorient. Après les Tannahill Weavers, je découvrais mon deuxième groupe folk écossais. Sur la pochette arrière on voyait les musiciens avec des instruments comme la harpe,...
  • Les albums de ma jeunesse (8) The Tannahill Weavers : The old woman's dance
    En 2018 les Tannahill Weavers ont fêté leurs cinquante ans d'existence en sortant un nouvel album "Orach" dans lequel ils ont invité toute une série d'anciens membres et autres amis musiciens. C'est en effet en 1968 que Roy Gullane (guitare et chant),...
  • Les albums de ma jeunesse (7) Dan Ar Bras "Douar Nevez"
    Né à Quimper en 1949, Daniel Le Bras (rebaptisé Dan Ar Bras par Alan Stivell) enregistre son premier album solo en 1977. A l'époque Dan est déjà très connu comme guitariste en Bretagne. Bien sûr en tant que musicien d'Alan Stivell (de la fin des années...
  • Les albums de ma jeunesse (6) Gwendal : Joe Cant's Reel
    Ce doit être en 1977 que j'ai découvert ce groupe au travers de cet album paru en 1975 qui était déjà leur second opus. Par rapport aux groupes bretons que je connaissais déjà Gwendal était assez différent. En fait, d'une part on avait affaire d'avantage...
  • Les albums de ma jeunesse (5) : Sonerien Du "Feunteun an aod"
    En 1977, un collègue m'avait prêté un vinyle de ce groupe intitulé "Bal Breton n°3" un disque auquel participaient aussi Dan Ar Braz (guitare électrique) et Michel Santangeli (batterie). Je l'avais aussitôt enregistré sur une cassette audio et avais bien...
  • Les albums de ma jeunesse (4) : An Triskell "Kroaz Hent"
    De retour de vacances à Perros-Guirec un ami m'avait ramené ce 33 tours en 1977. C'est ainsi que j'ai découvert ce groupe An Triskell (devenu plus tard Triskell) dont les deux membres fondateurs jouaient de la harpe celtique. Je connaissais l'instrument...
  • Pierre du Québec m'a écrit (Claude Besson)
    Dernier hommage à Claude Besson à travers le témoignage de son ami Pierre du Québec. Claude nous a quitté le 23 mars dernier et j'avais publié un article pour évoquer cela ainsi que la mort de Yann-Fanch Kemener décédé une semaine plus tôt. A ma grande...
  • Les albums de ma jeunesse (3) : Tri Yann "La découverte ou l'ignorance"
    Après Stivell et Malicorne, Tri Yann est le troisième groupe folk que j'ai découvert en 1976 à travers ce 33 tours. "La découverte ou l'ignorance" est déjà le quatrième album des "Trois Jean de Nantes" un groupe formé en 1969. En Belgique il n'était pas...