Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 août 2007 3 22 /08 /août /2007 17:33

Un Galicien en Celtie

 

Durant une partie du règne de Franco, le père de Carlos Nunez a vécu en exil à Paris.

C’est à cette époque qu’il a découvert Alan Stivell en assistant à l’un de ses concerts au Palais des Sports.

Ce premier contact avec la musique bretonne aura-t-elle servi de déclic à cet homme pour lui faire prendre conscience des ses origines galiciennes ou de son âme celte ?

Toujours est-il que rentré au pays il eut tôt fait de transmettre le virus à ses fils Carlos et Xurxo Nunez.

nunez3.jpg 

Né à Vigo en 1971, Carlos Nunez va donc rapidement s’intéresser à la musique de Galice.

A l’âge de huit ans, il apprend la flûte à bec et à 10 ans il ses met à la gaita (la cornemuse galicienne).

Carlos va très vite devenir un virtuose de ces deux instruments.

Il est pour beaucoup dans la renaissance de la gaita en Espagne.

 

Quelques années plus tard, Xurxo Nunez ne sera pas en reste puisque en plus de l’informatique, le jeune homme va apprendre avec brio toute une série d’instruments.

Batterie, percussions, guitares et claviers n’auront bientôt plus de secrets pour lui.

 

Petit à petit, Carlos Nunez va s’intéresser à d’autres musiques et découvrir les pays celtes.

Le festival Inter-Celtique de Lorient organise chaque année le Mac Allan qui est un concours de cornemuses.

Des pipers venus de tous les coins (et même d’Australie) viennent y participer.

Carlos remporte ce prestigieux concours trois fois d’affilée (1984,85,86) et cela lui vaut une belle notoriété.

Paddy Moloney lui propose de venir enregistrer avec les Chieftains.

Carlos participera donc à trois cd de ces prestigieux irlandais (Treasure Island, The Long Black Veil et Santiago).

« Santiago » dédié à la ville galicienne de Saint Jacques de Compostelle est un disque dans lequel les Chieftains jouent de la musique de Galice mais aussi des airs cubains et Latinos.

Durant plus d’un an, Carlos fera toute une série de tournées avec eux devenant ainsi le septième Chieftains.

 

Après cela, Carlos Nunez décide de voler de ses propres ailes en produisant ses propres disques.

Tout en continuant à écrire des musiques de films (L’île au trésor, Mar Adentro…) et à collaborer avec toute une série d’artistes (Matto Congrio, Jordi Savall, André Le Meut…)

 

Son premier disque « Brotherhoods of Stars » sera le terrain de multiples rencontres musicales.

Ry Couder, Luz Casal, les Chieftains, Rafael Riquini…plus toute une série de musiciens espagnols vont donner à ce disque des couleurs chatoyantes.

A la flûte ou à la cornemuse, Carlos nous fait apprécier son talent qui est immense et plein d’imagination musicale.

Un morceau comme « Dawn » par exemple est d’une extraordinaire beauté !

 

 

Les Irlandais Micheal O’Domhnaill, Paddy Moloney et Matt Molloy viennent l’épauler sur ce titre.

Si on est d’avantage habitué aux sonorités métalliques des whistles, la flûte à bec au son à la fois plus chaud et plus doux…c’est très bien aussi !

 

D’autres albums vont suivre (Os amores Libres, Mayo Longo et Todos Os Mundos) qui vont conforter le public de plus en plus étendu dans l’idée que ce musicien est exceptionnel.

 

D’autant qu’il faut se rappeler que dans l’intervalle, Dan Ar Braz avait enrôlé Carlos dans la grande aventure de l’Héritage des Celtes.

En 1997, les amateurs du genre découvrent donc le galicien aux côtés de Donal Lunny, Gilles Servat et autre Karen Matheson.

Et beaucoup se souviennent de titres comme les « Aires de Pontevedra » interprétés de façon remarquable par la gaita de Carlos accompagnée avec force par le Bagad Kemper.

 

Le souvenir de ces expériences a probablement décidé Carlos Nunez a enregistrer « Un Galicien en Bretagne » en 2003.


nunez2.gif

Recherche, énergie, beauté sont trois mots qui peuvent caractériser ce disque.

Tant notre ami Carlos a pris au sérieux la conception de ce disque.

Ses meilleurs amis musiciens sont évidemment de la partie.

Outre son frère Xurxo, Pancho Alvarez (bouzouki et guitares) est une sorte de « Donal Lunny » espagnol.

Il y a aussi Begona Riodo au violon, José Vera à la basse… 

Il s’est inspiré des travaux de Polig Montjarret (qui fit tant pour la musique traditionnelle bretonne).

Carlos n’a pas hésité non plus à faire appel à deux bagadou (Lokoal-Mendon et Auray) pour collaborer à ce cd.

Puis il a réalisé un de ses rêves en invitant Alan Stivell à travailler sur ce disque.

Alan joue de la harpe de Galice (en plus de sa telenn) et chante pour la première fois en galicien sur le titre « Noitte Pecha », morceau qui se prolonge par « Gavotte Pandeirada » un instrumental dans lequel harpe et flûte se mélangent.

 

Dan Ar Braz et Gilles Servat sont également invités sur ce disque.

Dan avait composé une musique pour Carlos « Une autre fin de terre » allusion à l’album «Finisterres » car la Galice à l’extrême Ouest de l’Europe est (comme la Bretagne) un autre endroit où… se finit la terre.

En plus de la flûte de Carlos et de la guitare de Dan, les bagadou s’en donnent à cœur joie sur cet instrumental.

Et l’histoire de ce titre est double puisque Jean-Jacques Goldman et Dan Ar Braz ont co-écrit des paroles sur cette musique qui est devenue une chanson « je m’en vais demain » qui se trouve sur l’album « A toi et ceux » de Dan Ar Braz.

 

Autre ami de Carlos et autre immense artiste breton, Gilles Servat chante « An Ini A Garan ».

Il chante en duo avec la talentueuse Bleunwenn qui fit partie du groupe Tri Yann durant plus d’un an.

La jeune et prometteuse bretonne apporte encore plus de sensibilité à cette chanson traditionnelle dans laquelle Carlos joue de l’ullieann pipe.

 

De cet instrument, il en est encore question dans le morceau suivant.

« The Three Pipers » qui matérialise un autre rêve de Carlos.

Réunir trois cornemuses différentes dans un même enregistrement.

Patrig Molard, un des maîtres du Bagpipe en Bretagne et l’Irlandais Liam O’Flynn viennent rejoindre Carlos (à la gaita) pour interpréter « O vale de Vreizh Izel » un traditionnel breton.

Le résultat est à la fois beau et surprenant tant les trois cornemuses ont des sonorités distinctes.

Encore un défi parfaitement réussi !

 

Inspiré par la gwerz « Yann Derrien », cette chanson raconte l’histoire du pèlérinage d’un Breton à Saint-Jacques de Compostelle.

Carlos Nunez a voulu que cette chanson soit chantée par Eimar Quinn.

Cette chanteuse irlandaise avait remporté l’Eurovision en 1996 avec la chanson « The Voice ».

Membre du groupe vocal « Anuna » (que l’on avait découvert dans Riverdance) Eimar a une voix très douce et haut perchée.

Dans « Yann Derrien » elle fait l’effort de chanter en Français !

Cette mélodie est vraiment très belle, peut-être ma chanson préférée de ce disque.

La voix d’Eimar plus les contre-chants de whistle et de bouzouki…c’est tout simplement du grand art !

 

Un Galicien en Bretagne est décidément un cd très varié et uniformément beau.

A recommander à tous les amateurs de flûte, de cornemuse et de musique celtique en général.

Carlos Nunez est un artiste étonnant ! 

 

  

Partager cet article

Repost0

commentaires

loulou 02/12/2017 16:29

Connaissez-vous des virtuoses de la cornemuse ? :( je suis bien ennuyée je dois répondre à cette question mais je ne trouve aucune réponse...

BREIZH 10/02/2010 22:05


MAGNIFIQUE ALBUM A CONSEILLER A CEUX QUI NE LE CONNAISSENT PAS ENCORE


miss hyde 06/06/2009 17:46

j'ai vu cet excellent musicien - tres sympathique en plus - àla nuit celtique au stade de france en 2003. Mon editeur va bientot publier un recueil d'interviews  de carlos nunez. C'est quasiment un scoop...je te tiendrais au courant, enfin, j'en parlerais sur mon blog quand le livre sortira  , à l'automne sans doute

Glorfinn 13/06/2007 11:34

Evidemment, en musique galicienne c'est le premier qu'on cite !!! N'empêche qu'on peut pas s'empêcher de l'aimer ! ^^Je te conseille d'écouter aussi Xosé Manuel Budiño, un autre "gaitero" très bien :)

Béa 01/05/2007 23:27

Haaa! la Musique Celte, on a le déclic, ou pas.
Mais si on l'a, Elle ne nous quitte plus, plus jamais!

Merci pour cet article qui nous fait découvrir des musiciens, mais aussi et surtout , des passionnés!

Bien amicalement.

Présentation

  • : Musique Celtique : ma Passion
  • Musique Celtique : ma Passion
  • : La musique celtique est ma Passion. Alan Stivell, Donal Lunny, Andy Irvine, Gilles Servat, Claude Besson, John Doyle, Christy Moore, Kevin Burke, Gabriel Yacoub, Tri Yann, Karan Casey, Tannahill Weavers, Dan Ar Braz, Ossian ,Silly Wizard,Capercaillie, Solas, Lunasa, Dervish, Altan, Old Blind Dogs,Fairport Convention, Clannad,The High Kings, Davy Spillane, Cormac Breatnach, John Mc Sherry, Michael Mc Goldrick, Tony MacManus, William Jackson, Phil Cunningham, Tim Edey, Steven Cooney, Liam O' Flynn, Julie Fowlis,Cécile Corbel, Gwenael Kerleo...
  • Contact

Traduction Google

Gadgets fourni par Google

Recherche

Contactez-moi

Si vous avez des questions,
mon mail est [email protected]
Je vous répondrai avec plaisir.


 

Me voici (à droite), ma fille (à gauche), et nos 2 labradors noirs : KI DU (chien noir en breton) & YEPA (princesse de l'hiver en indien)

 

 
Cliquez sur la harpe
pour revenir à l'accueil

Irish Festival

Irish Music Festival
Miltown Malbay 1991

  Autres photos dans
l'album Irlande 1991

 

  Si vous avez des questions,
contactez-moi : [email protected]

 Je vous répondrai avec plaisir.

 


Cliquez sur la harpe

pour revenir à l'accueil

Articles Récents

  • MoïRa
    A plusieurs reprises j'ai déjà ouvert ce blog à des artistes qui ne sont pas spécifiquement "celtiques". C'est le cas pour la chanteuse MoïRa que l'on pourrait d'avantage classer en chanson française et anglaise mais pas que...car elle touche aussi au...
  • Les albums de ma jeunesse (10) : Ys "Madame La Frontière"
    J'avais déjà présenté ce disque en novembre 2007 mais je ne pouvais pas ne pas le citer en tant qu'album qui a marqué ma jeunesse. Je vais donc en reparler sans pour autant reproduire mon article précédent. Paru en 1976 ce vinyle a énormément tourné sur...
  • Les albums de ma jeunesse (9) : Ossian "Dove Across the Water"
    En 1983 j'étais en vacances en Bretagne. J'ai trouvé ce vinyle chez un disquaire de Lorient. Après les Tannahill Weavers, je découvrais mon deuxième groupe folk écossais. Sur la pochette arrière on voyait les musiciens avec des instruments comme la harpe,...
  • Les albums de ma jeunesse (8) The Tannahill Weavers : The old woman's dance
    En 2018 les Tannahill Weavers ont fêté leurs cinquante ans d'existence en sortant un nouvel album "Orach" dans lequel ils ont invité toute une série d'anciens membres et autres amis musiciens. C'est en effet en 1968 que Roy Gullane (guitare et chant),...
  • Les albums de ma jeunesse (7) Dan Ar Bras "Douar Nevez"
    Né à Quimper en 1949, Daniel Le Bras (rebaptisé Dan Ar Bras par Alan Stivell) enregistre son premier album solo en 1977. A l'époque Dan est déjà très connu comme guitariste en Bretagne. Bien sûr en tant que musicien d'Alan Stivell (de la fin des années...
  • Les albums de ma jeunesse (6) Gwendal : Joe Cant's Reel
    Ce doit être en 1977 que j'ai découvert ce groupe au travers de cet album paru en 1975 qui était déjà leur second opus. Par rapport aux groupes bretons que je connaissais déjà Gwendal était assez différent. En fait, d'une part on avait affaire d'avantage...
  • Les albums de ma jeunesse (5) : Sonerien Du "Feunteun an aod"
    En 1977, un collègue m'avait prêté un vinyle de ce groupe intitulé "Bal Breton n°3" un disque auquel participaient aussi Dan Ar Braz (guitare électrique) et Michel Santangeli (batterie). Je l'avais aussitôt enregistré sur une cassette audio et avais bien...
  • Les albums de ma jeunesse (4) : An Triskell "Kroaz Hent"
    De retour de vacances à Perros-Guirec un ami m'avait ramené ce 33 tours en 1977. C'est ainsi que j'ai découvert ce groupe An Triskell (devenu plus tard Triskell) dont les deux membres fondateurs jouaient de la harpe celtique. Je connaissais l'instrument...
  • Pierre du Québec m'a écrit (Claude Besson)
    Dernier hommage à Claude Besson à travers le témoignage de son ami Pierre du Québec. Claude nous a quitté le 23 mars dernier et j'avais publié un article pour évoquer cela ainsi que la mort de Yann-Fanch Kemener décédé une semaine plus tôt. A ma grande...
  • Les albums de ma jeunesse (3) : Tri Yann "La découverte ou l'ignorance"
    Après Stivell et Malicorne, Tri Yann est le troisième groupe folk que j'ai découvert en 1976 à travers ce 33 tours. "La découverte ou l'ignorance" est déjà le quatrième album des "Trois Jean de Nantes" un groupe formé en 1969. En Belgique il n'était pas...