Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 23:45

Cette fois, j'avais envie de présenter la musique Celtique sous un angle différent.

En effet, j'ai remarqué qu'un certain nombre d'artistes ont des liens de parenté entre-eux.

On ne devient pas toujours musicien par hasard.

Cela arrive mais le plus souvent, un enfant apprend à jouer d'un instrument de musique parce qu'il a été influencé par un des ses parents ou membre de sa famille.

Autrefois, il y avait peu de musiciens professionnels.

La musique était une détente qui se pratiquait dans une série de circonstances (réunions familiales, fêtes, mariages...).

S'il y avait des musiciens pour animer ce type d'évènements, il n'était pas rare que tous les membres d'une même famille sachent jouer d'un instrument.

Il y avait des conteurs, des chanteurs, des instrumentistes...tous véhiculaient des choses que leurs aieux leurs avaient transmises oralement.

 

Le répertoire des musiques et des chants reflétait les préocupations quotidiennes des gens : le travail,

l'amour, la guerre, les enfants, les croyances...

Des chansons à boire, des airs à danser, des complaintes, des récits...tout était suceptible d'être mis en musique et interprété par des gens de toute catégorie sociale.

 

Les territoires autrefois occupés par les Celtes n'échappent bien entendu pas à cette règle.

Et peut-être là plus qu'allieurs, en raison du climat, des paysages, des conditions de vie difficiles, les populations ont perpétué cette tradition musicale.

Des familles entières de musiciens et de chanteurs ont interprété cet héritage de la Tradition.

En le faisant évoluer à leur tour, leurs descendants sont les artistes (amateurs ou professionnels) qui nous enchantent aujourd'hui.

 

Dans un passé récent, les Soeurs Goadec sont les premières représentantes des fratries en Bretagne.

Nées au début du XXème siècle, Maryvonne, Anasthasie et Eugénie Goadec ont animé des festou-noz à partir de 1956.

Elles chantaient déjà depuis longtemps des mélodies et des gwerz (récits) puis elles élargirent leur registre avec les chants à danser.

frèresbzh1

Du kan à diskan (chant et contre-chant) mais à trois voix (donc avec plus de possibilités de variations).

Des chants à capella puisés dans le vaste répertoire de la tradition bretonne.

Leur discographie n'est pas très importante parce qu'il y avait beaucoup moins d'enregistrements à l'époque.

Un premier disque en 1972 : "Ar C'hoarezed Goadec".

Puis elle participent aux deux trente-trois tours enregistrés aux Festivals de Kertalg en 1972 et 1973.

Un autre disque fut enregistré pour leur concert à Bobino  en 1973.

D'autres participations encore à des disques de la fin des années '70 ("Moueziou bruded a Vreiz" et "Kan bale lu publek Breizh").

 

Au début des années '70, Alan Stivell était un grand admirateur des soeurs Goadec.

Il les accompagna plusieurs fois sur scène (entre autre à kertalg) en fit quelques enregistements avec elles.

En 1998, sur l'album "En Douar", il leur rendit hommage dans sa chanson "la mémoire de l'humain".

Puis tout récemment il fit de même avec le titre "Goadec Rock" extrait de son nouveau cd "Emerald".

Roland Becker leur rend aussi hommage dans son disque "Er roue Morvan" paru en 2000.

 

La carrière des soeurs Goadec se poursuivra jusqu'en 1983 au décès de Maryvonne.

Anasthasie et Eugénie quittent la scène mais continuent de chanter de temps en temps.

 

 

 

Louise Ebrel est la fille d'Eugénie Goadec et de Job Ebrel.

Elle aussi se passionne pour la chanson traditionnelle et devient également chanteuse de Kan ha diskan.

En 1994, elle arrive à convaicre sa mère de remonter sur scène à l'âge de 85 ans.

Ensembles, elle vont enregistrer un cd : "Gwirziou" qui sera le dernier pour la plus jeune des soeurs Goadec.

En 1997, Yann-Fanch Kemener invite Eugénie Goadec et Louise Ebrel pour fêter ses 25 ans de carrière.

Une soirée triomphale qui sera un des derniers concerts d'Eugénie Goadec qui décédera en 2003.

Depuis, Louise Ebrel perpétue la tradition familiale du kan ha diskan.

Elle travailla autrefois avec Denez Prigent et chante à présent avec Ifig Flatrès.

 

 

Un rien plus jeunes que les soeurs Goadec, les Frères Morvan sont une autre fratrie très connue de la chanson bretonne.

Trois frères (qui étaient même quatre du vivant de leur frère Yves) unis par la passion du chant.

François, Henri et Yvon Morvan chantent depuis toujours en ayant entendu chanter Augustine leur mère.

Nés dans une ferme à Boctol, les trois frères sont des agriculteurs.

Pour eux, la pratique du "kan ha diskan" est une seconde nature. Leur unique passion est de faire danser le public dans les festou-noz.

Depuis 1958, François, Henri et Yvon Morvan sillonnent la Bretagne pour chanter des airs traditionnels sur des rythmes de gavottes, de dans fisel ou de dans plinn.

Et ils remportent toujours un grand succès.

"Joli coucou" est leur chanson la plus connue.

frèresbzh8

Leur agenda est d'ailleurs toujours rempli mais ils refusent de se produire ailleurs qu'en Bretagne alors qu'ils ont déjà reçu de nombreuses propositions de l'extérieur.

Du tracteur à la scène, chemises à carreaux et casquettes sur la tête, les trois frères n'ont pas leur pareil pour mettre l'ambiance et réjouir des danseurs de toutes les générations.

Yvon se tient toujours à gauche, François est au milieu et donne la cadence, Henri se place à droite et c'est lui qui débute le chant.

Henri est donc le kaner (le chanteur), il chante la première phrase puis Yvon et François (les diskaner) lui répondent en chantant la fin de la phrase avec lui puis en répétant la première phrase.

Cette technique de "tuilage" fait que le rythme n'est jamais cassé et permet aux chanteurs de respirer entre les coups.

En alternant de cette façon, les chanteurs de kan ha diskan peuvent tenir très longtemps.

 

Les  frères Morvan puisent dans la mémoire familiale car aucune de leurs paroles n'est écrite.

Leur répertoire est riche de centaines (!) de chansons qui leur ont toute été transmises oralement par leur mère et leur frère ainé (Yves).

Certains de ces chants remonteraient au XVII ème siècle.

 

Après un fest-noz, les frères rentrent toujours à la ferme familiale.

Leur travail d'agriculteur les attend le lendemain et pour rien au monde ils n'auraient voulu le lâcher.

Le chant, c'est une passion, une activité qu'ils font en amateurs et ils ne demandent jamais de cachet !

 

En 2008, les frères Morvan on fêté leurs 50 ans de chansons.

Suite à des problèmes de santé, François Morvan s'est retiré de la scène mais Yvon et Henri chantent toujours.

En 2009, ils se sont même produits au festival des Vieilles Charrues en compagnie des Tambours du Bronx (un choc de deux cultures).

 

 

En 2009, Coop Breizh édite un double cd avec un livret : "Ar Vreudeur Morvan, un demi-siècle de kan ha diskan" qui résume toute leur carrière.

Ce disque sera sacré  Grand prix du disque 2009 par le Télégramme.

 

Pour votre si belle contribution à la promotion du répertoire traditionnel Breton, grand merci à vous les frères Morvan !

 

Dans mon article consacré au groupe Triskell , je vous avais parlé des frères Quefféléant.

 

frèresbzh3

Paul et Hervé Quefféléant avaient démarré dans les années '70 avec leurs harpes celtiques.

A peine âgés de 15 ans les jumeaux originaires de Brest avaient formé le groupe "An Triskell" rebaptisé "Triskell" ces dernières années.

Ils sont toujours là aujourd'hui et leur musique qui mélange harpes, guitares, flûtes claviers et cornemuse est toujours aussi agréable à écouter (voir mon article).

 

C'est également dans les années '70 que la scène bretonne a découvert les frères Molard.

Au départ, ils étaient quatre puisque Claude Molard (aujourd'hui décédé) était également musicien.

 

frèresbzh4 

Le grand public découvrit d'abord Patrick Molard, sonneur de cornemuse et d'uilleann pipe qui joua sur plusieurs disques d'Alan Stivell.

Né à Saint- Malo, Patrick va très vite se passionner pour la cornemuse écossaise.

A 14 ans, il commence à apprendre cet instrument avec le bagad de Saint- Malo.

Puis il ira se perfectionner en Ecosse auprès de professionnels comme Bob Brown.

Au point de devenir virtuose lorsqu'il rentre en Bretagne.

C'est à son retour qu'il s'intéresse à la musique de son pays et apprend d'autres instruments comme le biniou, l'uilleann pipe et le tin whistle.

Patrick remportera de nombreux concours de sonneurs de couple en compagnie de joueurs de bombarde comme Youenn le Bihan ou Yves Berthou. 

On ne compte plus ses collaborations (Kéris, Gwendal...) ni les groupes dont il a fait partie (Satanazet, Pennou Skoulm, Gwerz, Den, Héritage des Celtes...).

Patrick Molard travailla aussi durant de nombreuses années avec Dan Ar Braz.

Patrick enregistra en plus une dizaine d'albums en solo ou avec un de ses frères.

Musicien surdoué, Patrick Molard reste aujourd'hui un des maîtres de la grande cornemuse (biniou braz) en Bretagne.

 

Né à Saint-Malo , Jacky Molard est un terrible violoniste et aussi guitariste.

Il apprend la guitare à l'âge de 12 ans puis étudie le violon à 16 ans.

Jacky s'intéresse à l'improvisation qu'il découvre à travers le bluegrass.

Parralèlement, il joue de la musique irlandaise et de la musique bretonne.

On le retrouve en compagnie de Patrick dans certains groupes (Den, Gwerz, Pennou Skoulm, Triptyque).

A côté de cela, Jacky collabore avec toute une série d'autres artistes (Soïg Siberil, Karma, Gérard Delahaye, Jean-Michel Veillon, Alain Genty, Bleizi-Ruz, Jacques Pellen, Erik Marchand...).

J'ai été particulièrement impressionné par la façon dont il joue du violon sur l'album du groupe "Den".

Une musique qui navigue entre le folk, le rock et le jazz et qui donne libre cours à l'imagination des musiciens.

En dehors de la musique Bretonne, Jacky Molard s'intéresse aussi à d'autres formes de musiques traditionnelles dont celles des pays de l'Est.

 

Comme ses frères, Dominique Molard a vu le jour à Saint-Malo.

Intéressé par les percussions, Dominique démarre par l'apprentissage des caisses claires au bagad de Saint-Malo puis au pipe-band "An Ere".

Il apprend ensuite la batterie puis d'autres instruments de percussion comme les tablas indiens.

Très éclectique dans ses goûts musicaux, Dominique va jouer dans une série de groupes dont "Les Pires", "Skolvan", "Celtic procession"...

De nombreux grands de la scène bretonne comme Yan-Fanch Perroches, Jacques Pellen, Soïg Siberil vont demander à cet excellent percussionniste de jouer avec eux.

 

 

 

Si Patrick et Jacky ont souvent joué ensembles, si Jacky a joué avec Dominique ou Patrick avec Dominique, rarement on avait vu les trois frères sur un même enregistrement.

Avec "Bal Tribal" c'est maintenant le cas.

Le groupe existe depuis 2000 et a enregistré un cd lors d'un concert à Carhaix en 2002.

Entourés par des musiciens comme Jacques Pellen (guitare), Hélène Labarrière (contrbasse), Yves Bertoux (bombarde) et la chanteuse Kalinka Vulcheva, les trois frères rivalisent de virtuosité et d'imagination.

Le Bal Tribal des frères Molard revisite la musique bretonne ne passant par la Galice et l'Ecosse mais aussi par la musique des Balkans.

Une interprétation de très haut niveau.

 

 

Jean-Charles et Fred Guichen sont d'autres "frères celtes" très connus en Bretagne.

Né à Quimper en 1970, Jean-Charles Guichen recoit sa première guitare à l'âge de six ans et se met très rapidement au solfège. Au départ, il apprend la guitare classique.

Très vite, on se rend compte de sa maîtrise technique.

Son talent lui permet d'être à la fois brillant lorsqu'il joue la mélodie que lorsqu'il marque le rythme.

C'est en assistant à un fest-noz qu'il découvre la musique bretonne en 1986.

 

Né en 1972, Fred (Frédéric) Guichen va très jeune se mettre à l'apprentissage de l'accordéon diatonique.

Remy Martin qui sera un de ses professeurs va très vite percevoir les qualités exceptionnelles de son élève et lui permettre de progresser à une très grande vitesse.

Son jeu est à la fois énergique et plein de virtuosité.

Très jeune, Fred Guichen s'intéresse à la musique irlandaise et ce style aura une influence sur sa manière de jouer.

frèresbzh5

Jean-Charles et Fred

 

C'est en 1986 que les frères Guichen fondent "Ar Re Yaouank" (les jeunes).

Avec David Pasquet à la bombarde, Gaël Nicol (bombarde, biniou) et Stéphane De Vito (basse), ils  revisitent les danses bretonnes de façon très énergique.

Ar Re Yaouank va connaître un très grand succès dans les années '90 et enregistrer quatre cd.

Leur séparation en 1998 va surprendre beaucoup de monde mais les deux frères n'avaient pas envie de se limiter à cette expérience.

dans les années qui suivent, Fred et Jean-Charles vont se lancer dans de très nombreux projets, soit ensembles, soit en solo.

En 1992, ils forment le trio "Bran" avec le flûtiste Christophe le Helley.

En 1996, Jean-Charles fonde une trio avec les guitaristes Soïg Siberil et Patrice Marzin.

Il joue aussi avec d'autres guitaristes bretons comme Gilles le Bigot et Jacques Pellen (Celtic Procession).

Fred Guichen lui sort un cd "La lune noire" dont l'inspiration est très irlandaise.

 

 

Puis les deux frères décident de former le Guichen quartet avec le percussionniste David Hopkins et le bassiste Etienne Callac.

A partir de ce moment, les deux frères vont encore plus donner libre cours à leur imagination.

La musique des Guichen est un savant cocktail de musiques à danser, de compositions et d'improvisations.

Une musique envoûtante avec des passerelles vers le jazz, le rock et la musique traditionnelle de Bretagne et d'Irlande.

Jusqu'à présent, le groupe a enregistré trois disques :

"Mémoire vive " en 2002

"Frères" en 2004 (le batteur Antonin Volson y a remplacé David Hopkins)

"Dreams of Brittany" en 2007

(cette fois avec le batteur Ray Fean, le claviériste Philippe Turbin, Hervé le Lu à la bombarde et bien sûr Etienne Callac).

Inuitile de préciser que ces cd sont de très grande qualité.

Des titres comme "Del castello de Trégarantec" ou "G4" sont vraiment très mélodieux.

Que dire de la reprise de "Mc Bride's" (un morceau des Moving Hearts) qui est tout bonnement extra-ordinaire de virtuosité.

"String's Jig", un cercle circassien au rythme endiablé ou "Corps accords" une terrible suite de dans plinn.

Dans ces disques, Jean-Charles et Fred Guichen expriment toute leur créativité.

 

Avec de tels talents, il ne faut pas s'étonner que la renommée des Guichen aie largement dépassé les frontières de la France et même de l'Europe puisque nos deux Bretons ont fait des concerts au Pakistan, à Singapour ou à Tokyo.

Des musiciens à suivre de très près.

 

Impossible bien sûr de citer toutes les fratries, toutes les familles de musiciens en Bretagne.

 

Parmi les plus connus il faut encore citer Jacques Pellen , un autre très grand guitariste.

frèresbzh6

Jacques jouait dans l'Héritage des Celtes en compagnie d'un autre guitariste : Gilles le Bigot.

Jacques Pellen, que l'on retrouve dans de très nombreux groupes en Bretagne est le créateur du projet "Celtic Procession" qui regroupait une serie de musiciens venus d'horizons divers et un chanteur de kan ha diskan Erik Marchand.

Un grand spectacle aux "Tombées de la Nuit" avec des musiques qui "partaient" dans tous les sens.

 

 

Ronan Pellen est le neveu de Jacques.

frèresbzh7

Joueur de cistre, Ronan est membre du groupe "Skeduz" dont fait partie un autre guitariste très connu : Nicolas Quemener.

Ronan Pellen a également fait partie de Martin-Hamon quintet et du trio de Sylvain Barou.

 

 

 

 

 

 

 

Depuis un certain nombre d'années Konan Mevel est le sonneur du groupe Tri Yann.

Flûtes, cornemuses et percussions n'ont plus de secret pour ce fameux musicien qui donne parfois la réplique à Jean-Louis Jossic à la bombarde.

Bleunwenn Mevel est la seule femme qui fut enrôlée par les Tri Yann durant quelques années.

Jeune chanteuse à la voix magnifique, la soeur de Konan Mevel a aussi enregistré avec Carlos Nunez , Dan Ar Braz et aussi Yves Ribis

Bleunwenn qui continue à donner des cours de chant lyriques et fait des compositions musicales.

 

Dans mes articles "Bombardes et sonneurs" j'avais également cité les sonneurs de bombarde Youenn et Patrick Sicard , membres du bagad Bleimor et qui jouèrent  avec Alan Stivell dans les années '70.

Youenn et  Alan (à la cornemuse) sonnèrent d'ailleurs en couple, remportant de nombreux concours à l'époque.

 

Autre talabarder talentueux, Jean-Louis Hénaff qui dirige les bombardes dans le Bagad Quimper où joue aussi son frère Eric Henaff (cornemuse).

 

 

Faux frères :

A noter que Annie Ebrel qui est une chanteuse bretonne qui chante ses propres compositions n'est pas parente avec Louise Ebrel (la fille d'Eugénie Goadec).

De même Nicolas Quemener n'est pas de la famille du chanteur Breton Yan-Fanch Kemener.

 

 

A suivre...

 

 

 

Une sorte de condensé de ce qui précéde : le groupe breton Red Cardell invite les frères Morvan, les frères Guichen et Louise Ebrel à chanter "Joli Coucou" sur scène.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Rakaniac - dans Musique Bretonne
commenter cet article

commentaires

guichen 08/12/2011 17:11

Bonjour,
Juste pour info, les frères GUICHEN viennent de sortir leur nouveau CD. http://www.facebook.com/brozguichen
Merci.

Nadine Quinn 30/01/2011 22:54


Un tout grand merci pour ce bel article et la découverte des groupes, vous seriez étonnés en sillonnant les pubs irlandais et belges, de découvrir d'excellents chanteurs et instrumentistes
autodidactes qui ne connaissaient pas internet mais qui arrivaient le samedi soir à faire remplir des pubs ou coulait la bière et le whisky. J'ai organisé des soupers où toute la famille irlandais
les cousins se réunissaient et en fin de repas c'était la fête quand le violon (fiddle), la flûte et le banjo, l'accordéon, la guitare,le bodhran, l'harmonica, ils jouaient aussi bien que les
Dubliners ou les Chieftains Slante !


Présentation

  • : Musique Celtique : ma Passion
  • Musique Celtique : ma Passion
  • : La musique celtique est ma Passion. Alan Stivell, Donal Lunny, Andy Irvine, Gilles Servat, Claude Besson, John Doyle, Christy Moore, Kevin Burke, Gabriel Yacoub, Tri Yann, Karan Casey, Tannahill Weavers, Dan Ar Braz, Ossian ,Silly Wizard,Capercaillie, Solas, Lunasa, Dervish, Altan, Old Blind Dogs,Fairport Convention, Clannad,The High Kings, Davy Spillane, Cormac Breatnach, John Mc Sherry, Michael Mc Goldrick, Tony MacManus, William Jackson, Phil Cunningham, Tim Edey, Steven Cooney, Liam O' Flynn, Julie Fowlis,Cécile Corbel, Gwenael Kerleo...
  • Contact

Traduction Google

Gadgets fourni par Google

Recherche

Contactez-moi

Si vous avez des questions,
mon mail est rakaniac@gmail.com
Je vous répondrai avec plaisir.


 

Me voici (à droite), ma fille (à gauche), et nos 2 labradors noirs : KI DU (chien noir en breton) & YEPA (princesse de l'hiver en indien)

 

 
Cliquez sur la harpe
pour revenir à l'accueil

Irish Festival

Irish Music Festival
Miltown Malbay 1991

  Autres photos dans
l'album Irlande 1991

 

  Si vous avez des questions,
contactez-moi : rakaniac@gmail.com

 Je vous répondrai avec plaisir.

 


Cliquez sur la harpe

pour revenir à l'accueil

Articles Récents

  • Le Chapman stick
    Cette fois un article qui n'a rien à voir avec le celtique avec la présentation d'un instrument assez particulier. Membre de la famille des guitares, le Chapman stick a été créé en 1969 par Emmett Chapman et commercialisé à partir de 1974. C''est un instrument...
  • Julien Jaffrès
    Cette fois un article qui touche à la fois la Bretagne et la Belgique avec Julien Jaffrès un jeune guitariste très talentueux. En 1973, son père Gérard Jaffrès qui est un musicien Breton originaire de Saint-Pol-de-Léon vient s'installer en Belgique en...
  • John Carty
    John Carty est né à Londres et est issu d'une famille de musiciens. Son père John P.Carty était flûtiste, violoniste et joueur de banjo membre du Glenside Ceili Band de Londres dans les années '60. Dès son plus jeune âge, John Carty apprend à jouer des...
  • Niamh Ni Charra
    Née à Killarney dans le Conté de Kerry, Niamh Ni Charra a commencé à faire de la musique à l'âge de quatre ans. Elle a été fortement influencée par le style musical de sa région appelé "Sliabh Luachra", style très énergique fait de polkas et de slides....
  • Gerry O' Beirne
    Cette fois présentation d'un chanteur et guitariste irlandais que je connais depuis longtemps puisque son nom figure sur de nombreuses pochettes de cd. Gerry O' Beirne a en effet collaboré avec beaucoup d'artistes qui font partie de mes préférés, j'ai...
  • Arnaud Choutet
    Une fois n'est pas coutume, un article à propos de littérature puisque Arnaud Choutet est un écrivain mais qui publie des livres à propos de musique folk. Il m'avait contacté il y a deux ou trois ans via ce blog de musique celtique, nous avions échangés...
  • Capernaum
    Dans deux articles précédents, j'avais déjà eu l'occasion de présenter plusieurs versions d'une même chanson. Des comparaisons qui permettent à la fois de mesurer la richesse de certaines chansons traditionnelles et d'apprécier l'imagination et le ressenti...
  • Damh the Bard
    Une de mes nouvelles découvertes grâce à mon ami Daniel qui habite en France. Damh the Bard (David Smith de son vrai nom) est né en juin 1965 à Redruth dans les Cornouailles anglaises. En 1971, ses parents déménagent dans le Sussex. Dès son plus jeune...
  • Saint Patrick était de retour
    Le 17 mars est une date importante pour des centaines de milliers d'Irlandais et d'Américains qui célèbrent de façon très démonstrative la fête de la Saint Patrick. Musiques, danses, bières à volonté, tenues extravagantes de couleur verte sont des choses...
  • Les années Werneer
    Petit article pour les nostalgiques des années '70 dont je fais partie. Entre 1971 et 1981, René Werneer fut une figure marquante de la musique folk en Bretagne et en France. En découvrant Alan Stivell en 1972, j'avais été marqué par ce violoniste à la...