Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 22:18

 

 

Plus de 125.000 visites sur ce blog démarré en novembre 2006.

Donc 125.000 fois merci aux visiteurs habituels ou occasionnels, merci pour votre intérêt, merci pour vos commentaires.

 

Cet article est une sorte de suite à Naissance d'une passion publié fin 2006 où j'expliquais comment j'étais tombé dans le chaudron de la musique celtique fin 1972.

Plus de 40 ans après, je suis donc toujours là animé par cette passion qui reste le "fil rouge" de mon existence.

 

Pour la première fois voici donc une interview de moi interrogé par moi-même.

Cela peut paraître prétentieux mais je ne vois pas qui d'autre que moi pourrait répondre aux questions que j'ai envie de me poser (!?)

 

N.B. le tutoiement sera de mise car Jean-François et moi on se connait depuis si longtemps.

 

Et c'est parti !

 

Rakaniac : Ainsi donc, tout a commencé fin 1972.

JF : oui et pour ceux qui n'ont pas lu "Naissance d'une passion" c'est parce qu'Alan Stivell était à la mode en France et partout en Europe que j'ai commencé à m'intéresser à lui.

 

olympia9;jpg

 

Je pense bien que le détonateur fut son fameux concert à l'Olympia en févier '72. A partir de ce moment, sa renommée a largement dépassé les frontières de la Bretagne.

On entendait Alan sur toutes les radios en Europe, on le voyait à la télévision.

A partir de ce moment, il a fait de très nombreuses tournées un peu partout.

 

Rakaniac : C'est donc lui qui est à l'origine de la première vague Bretonne ?

JF : Oui, il était même le seul au début, puis on a commencé à parler des Tri Yann et de Gilles Servat...

Ensuite il y a eu cet engouement pour la musique Bretonne et Celtique et d'autres artistes se sont fait connaître à leur tour.

 

 

 

 

Ici je parle pour la Bretagne et donc pour l'Europe de l'Ouest car c'est clair que les Irlandais et les Ecossais n'ont pas attendu Alan stivell pour faire connaître leur musique.

 

Rakaniac : De même, ce n'est pas Alan qui a inventé la musique Bretonne.

JF : Non, certainement pas, la musique traditionnelle est jouée depuis très longtemps en Bretagne.

Dans les années '50 il y a eu cependant une grande prise de conscience et de profonds changements.

Rakaniac : ah ?

JF : la musique traditionnelle étant le fruit de la transmission orale, un certains nombres de Bretons ont eu peur qu'une partie de ce patrimoine soit perdu avec la disparition des anciens musiciens et chanteurs.

De nombreux collecteurs se mirent alors à sillonner la Bretagne à l'écoute de musiciens amateurs afin d'enregistrer ou de transcrire des partitions afin de conserver des centaines d'airs et de chansons parfois peu connues.

Ce collectage est toujours d'actualité aujourdhui avec l'association DASTUM qui existe depuis 1972.

 

Parrallèlement à cela, il faut bien sûr parler (déjà dans les années '40) de l'assemblée des sonneurs Bodadeg Ar Sonerion (B.A.S.) présidée par Dorig Le Voyer, association de musiciens qui vont d'une part fabriquer des instruments et d'autre part faire des collectages.

Membre du B.A.S., Polig Montjarret (également sonneur) fut un des grands artisans de ces colletages.

Musicien, arrangeur, compositeur, la musique bretonne lui doit beaucoup.

 

C'est à la B.A.S. que naquit en 1946 l'idée de la création des bagadou qui n'existaient pas auparavant.

Inspiré par le modèle des pipe-bands écossais, le bagad, en plus des cornemuses et des caisses claires comprend également des sonneurs de bombardes.

 

Rakaniac : oui, ces formations musicales sont impressionnantes.

JF :  Au départ, les bagadou ne jouaient que des musiques traditionnelles (principalement des danses)

mais à présent des musiciens et arrangeurs composent des airs pour les bagadou.

Et ce sont même parfois des musiques très sophistiquées.

Ces dernières années, des gens comme Roland Becker, Jean-Louis Hénaff (Bagad Kemper) ou André Le Meut (Bagad Ronsed-Mor)... ont beaucoup fait évoluer la musique des bagadou.

 

 

 

 

 

Rakaniac : en dehors des musiciens, il y a aussi les chanteurs.

JF : Oui, c'est d'ailleurs valable pour toutes les civilisations, la transmission orale est à l'origine de tout type de communication de l'information.

Bien au delà de la musique, on retrouve ce mode de communication dans les contes, dans l'apprentissage de n'importe quelle formation dans les civilisations anciennes.

Bien avant qu'on aie inventé l'écriture mais aussi bien après car jusqu'il y a deux siècles une partie de la poplulation ne savait ni lire ni écrire.

 

Les chansons traditionnelles se transmettaient donc de bouche à oreille.

Un enfant les avaient apprises de ses parents et de ses grands-parents puis les faisaient évoluer à son tour.

 

Rakaniac : les faisaient évoluer ?

JF : oui parce que tout le monde n'a pas les mêmes possibilités vocales. Et que quelqu'un avec un plus grand registre vocal va peut-être étoffer une mélodie ou peut-être la simplifier s'il est moins doué et n'arrive pas à chanter certaines notes.

A partir de ce moment, les mêmes chansons vont se retrouver dans tel ou tel village mais interprétées de manière différente.

Parfois avec des paroles modifiées aussi parce que par exemple, tel enfant apprenant une chanson de son grand-père n'a pas tout compris ou tout retenu et va mettre d'autres paroles à la place.

Comme rien n'était écrit et qu'il n'y avait pas de partitions, il pouvait y avoir de nombreuses variantes.

 

Rakaniac : c'est à partir du moment où il y a eu les collectages dont tu parlais plus haut que les choses ont commencé à se structurer.

JF : Oui.

Entre 1839 et 1893, le conte Hersart de La Villemarqué va publier diverses versions du Barzaz Breiz.

Il s'agit d'imposants ouvrages de chansons populaires collectées par lui et sa mère à travers toute la Bretagne.

Des chants traduits en Français avec parfois des versions compilées ou modifiées par La Villemarqué lui-même.

Un travail remarquable qui reste une référence encore aujourd'hui.

Le Barzaz Breiz et d'autres livres de collectage seront, en partie, une source d'inspiration pour les chanteurs traditionnels d'aujour'hui.

 

Rakaniac : à partir de quand peut-on parler de "professionnels" de la chanson bretonne ?

JF :  à partir de 1956, les soeurs Goadec ont commencé à animer des festou-noz en chantant à trois en "kan ha diskan".

Bientôt suivies par les frères Morvan (également trois) qui après plus de 50 ans continuent de perpétuer cette tradition aujourd'hui.

Depuis les années '70 des chanteurs comme Yann-Fanch Kemener (groupe Barzaz puis carrière solo) et Erik Marchand (groupe Gwerz puis carrière en solo) vont donner des lettres de noblesse à ce genre musical.

 

 

 

 

Toujours actifs aujourd'hui, ces deux terribles chanteurs ont fait de nombreux émules dont Denez Prigent est le représentant le plus connu.

 

Rakaniac : Et au niveau des instruments ?

JF : Bien sûr la Bretagne est connue pour ses binious (petite cornemuse avec un seul bourdon) et ses bombardes.

Pas seulement dans les bagadou mais aussi à travers les sonneurs de couples (biniou et bombarde) qui constituent une autre approche de la musique traditionnelle en matière de danses Bretonnes.

J'évoque tout cela dans mes articles Bombardes et sonneurs (1) (2) (3) que je t'invite , cher Rakaniac, à consulter si tu désires plus d'informations sur le sujet.

 

A côté de cela, il y avait partout des violonistes et des accordéonistes qui sillonnaient la Bretagne pour faire danser les amateurs lors des mariages et des autres fêtes populaires.

 

C'est à partir du "Folk revival" des années '70 qu'on a commencé à utiliser toute sortes d'instruments pour interpréter la musique traditionnelle.

Si Alan Stivell avait directement débuté en mélangeant la bombarde et le guitare électrique, les Tri Yann par exemple jouaient uniquement sur des instruments acoustiques à leurs débuts (guitare, dulcimer, psaltérion, whistle, bombarde, contrebasse, banjo...)

C'est seulement petit à petit qu'ils se sont "électrifiés" en introduisant basse, guitare électrique et claviers dans leur musique plus la batterie qui apportait aussi d'autres sonorités.

 

D'autres groupes des années '70 étaient uniquement acoustiques comme les Leprechauns ou les Skofériens

qui participèrent au Festival de Kertalg en 1972. 

Pareil pour le groupe "An Triskell" des frères Quefféléant (deux harpes celtiques, guitare, flûte, cornemuse...et juste un peu de claviers) ou pour le groupe Gwendal (flûte traversière, violon, guitare, mandoline...et une basse électrique quand même).

 

Glenmor s'accompagnait à la guitare pour mettre en valeur ses textes magnifiques avec parfois le concours d'un autre guitariste : Bernard Benoit.

Gilles Servat en faisait de même à ses débuts pour faire découvrir à la Bretagne sa poésie engagée.

A quelques exceptions près, ses musiques n'avaient d'ailleurs rien à voir avec le traditionnel, ses accompagnements musicaux non plus.

C'est seulement à partir de ses collaborations avec le groupe Triskell puis avec l'Héritage des Celtes que le grand Gilles donna une coloration plus "celtique" à ses chansons.

 

Dans les années '70 & '80 d'autres chanteurs-poètes comme Mélaine Favennec, Gweltaz Ar Fur, Louis Capart et Claude Besson privilégiaient aussi la guitare acoustique.

Ce dernier nous gratifiant en plus de disques instrumentaux interprétés au dulcimer et au psaltérion.

 

 

 

Rakaniac : Et pour les musiques à danser ?

JF : Pareil, on se rend compte encore aujourd'hui de l'impact de cette première "Vague Bretonne" lancée par Alan Stivell.

Parce qu'Alan avait fait un concert dans leur coin que Yann Goasdoué, Mélaine Favennec et les autres décidèrent de former un groupe de Fest-Noz, les Diaouled Ar Menez qui mélangeaient bombardes, accordéon, violon, guitare électrique, guitare basse.

Les Diaouled, un terrible groupe de musiques traditionnelles qui firent de bonheur de milliers de danseurs durant de très longues années.

 

 

 

 

Queques temps plus tard les Sonerien Du leur emboîtèrent le pas ajoutant le chant (kan ha diskan) aux musiques instrumentales.

Quarante ans après, ce terrible groupe est toujours là pour faire danser les jeunes et les moins jeunes sur des airs traditionnels ou des compositions.

Ensuite, ces deux groupes firent de très nombreux émules au fil des décennies suivantes : Ar Re Yaouank, Gwerz, Barzaz, Karma, Kornog, Pennou Skoulm, Skeduz, Follen, Strobinell... 

 

 

 

Enfin, il faut bien entendu parler du F.I.L. (Festival Interceltique de Lorient) qui au départ (1971) était un championnat de bagadou.

"Festival des cornemuses" qui avait aussi accueilli à l'époque des artistes comme Gilles Servat, Alan Stivell et les Dubliners.

A partir de 1972, ce festival décide de s'ouvrir à l'Interceltisme et chaque année des artistes d'autres nations Celtes (Galice, Ile de Man, Ecosse, Irlande...) sont invités à se produire à Lorient.

Un festival (connu également pour sa "Grande parade des nations Celtes") qui n'arrête pas de grandir au fil des ans.

Organisé chaque année au mois d'août durant dix jours, le F.I.L. a dépassé la barre des 800.000 (!) spectateurs  depuis 2010.

Les spectacles proposés sont très diversifiés et les artistes toujours plus nombreux à vouloir s'y produire.

 

A côté de cela, le festival de Cornouaille à  Quimper et le festival des Vieilles Charrues (en partie consacré au folk) attirent également bon nombre d'amateurs de musique Celtique.

 

 

 

Rakaniac : Et ensuite, que s'est-il passé après cette Vague Bretonne des années '70 ?

JF : cher ami, c'est ce que nous verrons dans les prochains articles.

 

 

A suivre...

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Rakaniac - dans Musique Celtique
commenter cet article

commentaires

Thomasse 12/02/2017 14:06

Merci de réveiller ma mémoire concernant une chanteuse irlandaise peut-être très écoutée à l'ouest, je veux dire région Bretagne Pays de Loire dans les années 75. C'était un prénom je crois.

L'amatrice 04/05/2015 18:38

Merci pour ces articles, merci pour l'effort ! Ca fait plaisir d'en savoir plus sur ce style de musique exceptionnel. Quant a moi, j'ecoute surtout de la musique celtique traditionnelle (on peut citer Adrian Von Ziegler, mon compositeur prefere, ou encore Celkilt, un groupe de musique celtique/punk super sympa).

Esclarmonde 09/07/2014 21:34

Comme c'est important d'avoir une passion (sans fanatisme), ça met beaucoup de piquant dans l'existence. En 1972, évidemment je ne connaissais pas grand chose en musique (j'avais 8 ans...) mais le
premier groupe celtique que j'ai entendu c'était Tri Yann en 1982, un vrai coup de foudre je m'en souviens encore. Ma passion pour l'Irlande fait que je connais un peu plus la musique
traditionnelle de pays que celle de la Bretagne; région que j'admire pourtant car les habitants chérissent très fort leurs traditions. Vivement que je lise la suite, bises

Joëlle 09/07/2014 13:15

Vraiment supers, vos articles; passionnants et instructifs; avec de magnifiques photos du temps passé ... et du présent parfois. Merci surtout pour tout ce qui est consacré à Alan Stivell, c'est
mon préféré depuis 1972! Continuez ainsi, c'est toujours un immense plaisir que de vous lire; meilleurs messages,

Laret 09/07/2014 09:49

Novembre 2006,ça fait un bail déja...!!Bravo pour cet article si bien documenté.En 1972,je connaissais assez mal la musique celtique et bretonne!!Ma passion,c'etait les groupes de folk-rock
anglais,Fairport Convention,Steeleye Span,Albion Band...C'est loin,mais c'est toujours d'actualité!Bonne journée,Jean-Pierre

Claudine /canelle 09/07/2014 08:40

Merci ...c'est toujours intéressant de revenir aux sources pour mieux comprendre cet engouement pour la musique dite Celtique
En te lisant j'ai appris les débuts dont j'ignore tout ..
Bises Rakaniac

Présentation

  • : Musique Celtique : ma Passion
  • Musique Celtique : ma Passion
  • : La musique celtique est ma Passion. Alan Stivell, Donal Lunny, Andy Irvine, Gilles Servat, Claude Besson, John Doyle, Christy Moore, Kevin Burke, Gabriel Yacoub, Tri Yann, Karan Casey, Tannahill Weavers, Dan Ar Braz, Ossian ,Silly Wizard,Capercaillie, Solas, Lunasa, Dervish, Altan, Old Blind Dogs,Fairport Convention, Clannad,The High Kings, Davy Spillane, Cormac Breatnach, John Mc Sherry, Michael Mc Goldrick, Tony MacManus, William Jackson, Phil Cunningham, Tim Edey, Steven Cooney, Liam O' Flynn, Julie Fowlis,Cécile Corbel, Gwenael Kerleo...
  • Contact

Traduction Google

Gadgets fourni par Google

Recherche

Contactez-moi

Si vous avez des questions,
mon mail est rakaniac@gmail.com
Je vous répondrai avec plaisir.


 

Me voici (à droite), ma fille (à gauche), et nos 2 labradors noirs : KI DU (chien noir en breton) & YEPA (princesse de l'hiver en indien)

 

 
Cliquez sur la harpe
pour revenir à l'accueil

Irish Festival

Irish Music Festival
Miltown Malbay 1991

  Autres photos dans
l'album Irlande 1991

 

  Si vous avez des questions,
contactez-moi : rakaniac@gmail.com

 Je vous répondrai avec plaisir.

 


Cliquez sur la harpe

pour revenir à l'accueil

Articles Récents

  • Capernaum
    Dans deux articles précédents, j'avais déjà eu l'occasion de présenter plusieurs versions d'une même chanson. Des comparaisons qui permettent à la fois de mesurer la richesse de certaines chansons traditionnelles et d'apprécier l'imagination et le ressenti...
  • Damh the Bard
    Une de mes nouvelles découvertes grâce à mon ami Daniel qui habite en France. Damh the Bard (David Smith de son vrai nom) est né en juin 1965 à Redruth dans les Cornouailles anglaises. En 1971, ses parents déménagent dans le Sussex. Dès son plus jeune...
  • Saint Patrick était de retour
    Le 17 mars est une date importante pour des centaines de milliers d'Irlandais et d'Américains qui célèbrent de façon très démonstrative la fête de la Saint Patrick. Musiques, danses, bières à volonté, tenues extravagantes de couleur verte sont des choses...
  • Les années Werneer
    Petit article pour les nostalgiques des années '70 dont je fais partie. Entre 1971 et 1981, René Werneer fut une figure marquante de la musique folk en Bretagne et en France. En découvrant Alan Stivell en 1972, j'avais été marqué par ce violoniste à la...
  • Nathalie Moguérou Brignonen
    Un retour qui fait vraiment plaisir que celui de Nathalie Moguérou (son nom d'épouse) autrefois connue sous le nom de Nathalie Brignonen. Un retour sans en être vraiment un puisque depuis ses débuts (d'abord en amateur) en 1981 Nathalie n'avait jamais...
  • Flash-back vers Nolwen
    Retour vers une chanteuse que j'avais présentée en 2006 au tout début de ce blog. Probablement pas très connue et que l'on a parfois confondue avec Nolwenn Leroy, Nolwen méritait bien un second article sur ce blog. Car il s'agit d'une chanteuse de talent...
  • Loreena McKennitt
    J'avais déjà évoqué cette artiste dans mon article "Celtes que j'aime" en 2013. Voici quelques lignes pour le compléter et finir en beauté cette année 2016. Loreena McKennitt est née en 1957 dans le Manitoba au Canada. Ses parents avaient des origines...
  • Claude Besson : Le sens du beau
    Petit détour par Kérouze en Bretagne pour y découvrir "Le sens du beau "le nouveau cd de Claude Besson. C'est en 1983 que j'avais acheté un premier album de Claude Besson durant des vacances en Bretagne et que j'avais apprécié pour la première fois son...
  • Happy Birthday "Musique-Celtique.org"
    Cette photo a une petite histoire. Quand nous sommes allés voir les Cliffs de Moher en 1991, je n'ai pas su les photographier car j'avais le soleil en face. Je me suis alors retourné et j'ai pris ce paysage en face des Cliffs. Dix ans jour pour jour que...
  • Runrig, Alphonse de Lamartine et Michel Fugain
    En juillet 2007, je vous avais déjà présenté la chanson "Loch Lomond" par le groupe écossais Rungig. Dans cette vidéo, le groupe était composé par Rory Mac Donald (basse), Donnie Munro (chant), Peter Wishart (claviers), Calum Mac Donald (percussions),...