Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 23:06

Nouveau petit détour du côté de chez  Jacques Stotzem  dont je vous ai déjà parlé.

 

stotzi3.jpg

 

Originaire de "ma" région de Verviers en Belgique, Jacques est certainement un des meilleurs guitaristes

de "fingerpicking" au monde.

Pur autodidacte, Jacques s'est forgé une terrible réputation et donne des concerts dans le monde entier.

Ici, pas question de musique celtique mais du "picking" qui se promène à travers le blues, le jazz ou le folk.

 

 

Jacques Stotzem a développé son propre style au fur et à mesure de l'évolution de sa carrière.

S'il est d'abord et avant tout un compositeur, il affectionne de reprendre des morceaux de Jimi Hendrix, Rory Gallagher, Neil Young ou des Beatles.

 

En 1982 Jacques a enregistré son premier album vinyl "Last tought before sleeping".

Sorti en 2011, le cd "Lonely Road" est déjà son quinzième enregistrement.

Jacques réalise toujours ses disques seul à la guitare acoustique sauf un cd enregistré avec Thierry Crommen à l'harmonica et un autre avec le bassiste André Klennes.

 

Par contre, il a souvent partagé la scène avec d'autres guitarites comme Jacques Pirard, Fred De Pauw, Benjamin Schoos ou Jacques Pirotton.

 

 

"Picking in Paris" extrait de son dernier cd

 

Depuis 2005 et avec la complicité de Francis Géron, Jacques Stotzem a créé à Verviers le "Festival international de la guitare".

Quelques guitaristes de grand talent comme Steve Hackett, Scott Henderson, Philip Catherine ou Andy

Mc Kee se sont donc produits dans sa ville natale.

 

 

Depuis quelques années enfin, Jacques fait certains concerts en compagnie de la chanteuse Géraldine Jonet plutôt dans un style blues-rock.

Un duo très dynamique animé par beaucoup de complicité.

 

 

 

ici une reprise de Rory Gallagher

 

Pas mal les Belges non ?

Published by Rakaniac - dans Divers
commenter cet article
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 21:18

Une fois n'est pas coutume, un petit détour par l'Espagne et une de ses régions celtes : les Asturies.

 

Si toute trace de langue celtique a disparu en Espagne depuis le VI ème siècle, la culture celte est encore présente dans deux régions : la Galice et les Asturies.

Ces deux régions assez montagneuses dessinent de très jolis rivages au bord de l'océan Atlantique.

 

Le sentiment d'identité celtique étant présent dans une partie de la population, une série d'artistes s'expriment dans divers domaines et bien entendu en musique.

Le revival folk des années '70 et '80 a été à l'origine de prises de consiences chez un certains nombres de musiciens traditionnels.

La polularité toujours plus grande de festivals celtes comme celui de Lorient à fait découvrir aux amateurs du genre les musiques de Galice et des Asturies.

Des artistes comme Susana Seivane, Milladoiro, Hévia et bien sûr Carlos Nunez sont devenus des figures de proue de ce style de musique.

 

Je ne suis pas un spécialiste du groupe Llan De Cubel mais, les ayant découvert sur l'une ou l'autre compilation, j'ai eu envie d'en savoir plus.

  llan1

Fondé en 1984, Llan De Cubel est en fait la fusion de deux groupes traditionnels.

Un basé à Uvieu, formé par Elias Garcia (cornemuse) , Fonsu Mielgo (tambour asturien), Susi Bello (guitare)

et Daniel Lombas (percussions) ; l'autre basé à Cuideiru, un duo formé de Guzman Marqués(fiddle) et

Marcos Llope (flûte).

Après s'être rencontrés dans un festival folk, ils décident de s'unir et d'appeler leur groupe Llan de Cubel

(nom d'une montagne dans la région de Cuideiru).

 

Comme c'est souvent le cas, au fil des années des musiciens quittèrent ou rejoignirent le groupe (JM Cano,

Flavio Rodriguez, H.Urquhart et X.N. Exposito).

Llan De Cubel est à présent composé de Elias Garcia (bouzouki, bass-pedal), Fonsu Mielgo (percussions, claviers, vocaux) Marcos Llope (flûte et chant), Xan Rodriguez (gaita, la cornemuse asturienne et vocaux),  Xel Pereda (guitare et vocaux) et Simon Bradley (fiddle).

 

 

Les musiciens de Llan De Cubel sont très imprégnés par leur musique traditionnelle mais se sont aussi intéressés à d'autres formes de musiques celtiques.

Depuis 1984, ils ont fait de nombreuses recherches au niveau des archives et du collectage de la musique des Asturies.

Accumulant ainsi au fil du temps un solide bagage dans le répertoire de leur région.

 

Llan de Cubel, ce sont des marches, des saltones, des polkas...mais aussi des chants traditionnels

ainsi que des nouvelles compositions.

 

Ce qui me plait particulièrement en écoutant Llan De Cubel ce sont leurs arrangements.

Par moment, leur interprétation me fait penser à celles des groupes irlandais.

Mais non, il s'agit bien de musique celtique version espagnole...et c'est très agréable aussi.

 

 

 

 

Published by Rakaniac - dans Divers
commenter cet article
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 16:59

Toujours un plaisir pour moi de présenter un nouveau cd de Claude Besson.

Notre ami Claude a décidé de rendre hommage à Brassens, réalisant ainsi un vieux rêve.

 

Une idée excellente qui ne surprend pas vraiment quand on sait l'admiration que Claude a pour le grand Georges.

Depuis très longtemps, j'ai ressenti des similitudes entre le personnage de Claude et celui de Georges Brassens.

D'autres que moi l'ont d'ailleurs surnommé le "Brassens de Bretagne" et je partage volontiers cet avis.

Même si jamais, au grand jamais, Claude n'a copié les chansons de Georges.

 

Etant moi aussi un admirateur de Brassens, j'étais très curieux de découvrir ce cd.

 

"Claude Besson chante Georges Brassens" contient 15 titres.

Une série de chansons très connues et d'autres qui le sont moins.

 

besson1jpg

 

Georges Brassens, c'étaient des musiques en apparence assez simples.

Georges s'accompagnait à la guitare avec un deuxième guitariste (Barthélemy Rosso puis Joël Favreau) et un contrebassiste (Pierre Nicolas).

Musiques simples en apparence car les accords de guitares n'étaient pas des plus faciles chez Brassens.

 

Claude Besson a donc voulu restituer le même type d'accompagnement pour mettre en valeur la poésie de Georges.

Donc plusieurs guitares à cordes métalliques ou en nylon pour marquer le rythme ou habiller la mélodie de notes harmoniques.

 

J'aime beaucoup la guitare de Claude dans le premier titre, "Les passantes".

Idem dans les deuxième titre "Le mouton de Panurge" avec des intonnations plus graves par moment.

 

Texte superbe que celui de "La non demande en mariage"

...j'ai l'honneur de ne pas te demander ta main

   n'écrivons pas nos noms au bout d'un parchemin..."

Et très bonne interprétation de Claude Besson.

 

Bon jeu de guitare aussi dans "la princesse et le croque-notes" avec des passages sifflés par Claude.

 

Autre texte extraordinaire , celui de la chanson "Mourir pour des idées" (d'accord mais de mort lente).

qui illustre si bien la constestation "douce" de Georges Brassens.

Claude a fait la aussi beaucoup de recherches au niveau de ses guitares.

 

De nouveau une poésie fantastique dans "Le testament" une chanson pleine d'humour et de finesse.

Claude y pose sa voix avec beaucoup de complicité.

 

besson3

 

Aimant moi aussi taquiner les rimes, je trouve qu'on reconnaît bien la manière d'écrire de Georges Brassens.

Souvent, on termine une phrase puis on cherche une rime pour la phrase suivante...et ce n'est pas toujours évident.

Je pense que Brassens écrivait parfois "à l'envers".

Exemple, dans "Le testament" il veut mettre en garde l'éventuel nouveau conjoint de sa femme de ne pas "fouetter ses chats".

Il veut absolument utiliser le mot "fantôme" (qui fera du tort à celui-ci) .

alors il amène cette rime en écrivant :

"même si je n'ai pas un atome,

  une once de méchanceté,

  s'il fouette mes chats,

  y'a un fantôme

  qui viendra le persécuter..."

 

J'ai souvent remarqué cette manière de travailler chez Georges.

 

La chanson suivante "Comme une soeur" illustre la patience en attendant son tour pour être aimé.

Avec une fois de plus, de très bonnes guitares de notre ami Claude.

Autre chanson, "Les quatre bacheliers" à propos de l'ouverture d'esprit d'un père.

 

Les trois titres suivants sont chantés par Françoise Bihannic alias madame Besson.

Déjà présente ça et là sur les albums précédents de son mari, Françoise Bihannic a une très jolie voix.

Elle nous chante "Les oiseaux de passage", "Histoire de faussaire" et "L'orage".

J'aime bien son interprétation un peu jazz (Histoire de faussaire") dans laquelle elle met beaucoup d'intonnations.

Le titre "L'orage" démontre une fois de plus toute la pudeur et l'humour de Brassens.

avec des trouvailles comme : " les pays imbéciles où jamais il ne pleut..."

 

Claude Besson prend ensuite le relais pour les quatre dernières chansons du cd.

"Bécassine" (choix de cette chanson par un artiste...Breton !) est un titre que je ne connaissais pas.

J'aime beaucoup la musique dont le style me fait un peu penser à du traditionnel et dont les orchestrations sonnent très folk.

 

Viennent ensuite "Sale petit Bonhomme" (encore un beau texte) puis "A l'ombre du coeur de ma mie"

dont les accompagnemts me rappellent un peu "La bienvenue, la malvenue" (une des plus belles chansons de Claude).

"Philistins" (on n'a pas toujours les enfants qu'on aurait souhaités) termine le disque tout en douceur.

 

Pas à dire mais quand  talent se conjugue avec admiration le résultat ne peut être que de qualité.

En réalisant ce rêve, Claude Besson nous livre là un cd remarquable.

 

besson2

 

 

Et en plagiant "La chanson pour l'Auvergnat" on pourrait même écrire :

 

 Merci à toi Claude Besson,

 Merci à toi pour ces chansons,

 Que l'on se plait à fredonner

 Qui dans nos mémoires sont gravées.

 

 Ce n'étaient rien que quelques notes

 pour accompagner quelques mots

 Mais tu as su leur rendre vie

 Et pour ça on te remercie.

 

 Toi le Besson, toi le Breton

 Si Georges écoute ces chansons

 Nul doute que sur la plag(e) de Sète

 Il fera la fête.


 

Nul doute que ce "Besson" nouveau est un grand cru.

 

 

Pour commander ce cd :

http://www.claude-besson.com/

 

et les autres

http://culture.celtie.free.fr/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Published by Rakaniac - dans Divers
commenter cet article
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 22:10

On trouve décidément des choses étonnantes en surfant sur You Tube.

 

Autrefois, je vous avais parlé du groupe YS   formé par les anciens musiciens d'Alan Stivell.

René Werneer, Michel Santangeli, Pascal Stive et Jacky Thomas avaient enregistré l'album "Madame le frontière" en 1976.

Il s'agissait d'un très bon disque enregistré dans la foulée du concert d'Alan à Dublin.

Certes Alan n'y jouait pas mais Pierre Chereze avait bien remplacé Dan Ar Braz aux guitares et le son de l'album d'Ys était proche de celui de "Dublin".

Un folk celtique d'une conception assez rock donc qui avait plu à beaucoup d'amateurs du genre.

Invité sur ce disque, Gabriel Yacoub ajoutait de la guitare acoustique sur le titre "madame la frontière".

 

"Comment vouloir qu'une personne chante" était chantée par Pascal Stive.

Une chanson mélodieuse bien harmonisée par les claviers de Pascal et le violon de René Werneer.

 

Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que  Gabriel Yacoub l'avait aussi enregistrée.

Publiée dans "l'Anthologie de la chanson française" cette chanson date de 1555 avait été arrangée par Roland de Lassus à l'époque.

C'est assez curieux de la redécouvrir en 2011 dans une version beaucoup plus acoustique et plus traditionnelle que celle chantée par Ys.

 

 

 

 

Comment vouloir qu'une personne chante (version intégrale)

Comment vouloir qu'une personne chante
Quand elle n'a pas son cœur en liberté ?
Laissez chanter ceux que l'amour contente,
Et laissez-moi, et laissez-moi dans mon malheur pleurer. (bis)

Pleurez, mes yeux, pleurez mon sort funeste :
J'ai tout perdu en perdant mon Iris.
Cruel destin, ce qui me reste,
Et rendez-moi, et rendez-moi ce que vous m'avez pris. (bis)

Prenez mon cœur et donnez-moi le vôtre :
Il est à vous, je ne prétends plus rien;
Mais si j'apprends que vous aimez un autre,
Tout aussitôt je reprendrai le mien.

J'avais juré de n'aimer qu'une fille;
J'avais juré de la toujours aimer;
Quand je la vois, je passe mon martyr;
Quand je la vois, je passe mon tourment.

Que faudra-t-il, belle Iris, pour vous plaire ?
Faut-il mon sang ? Il est prêt à couler.
Mais si mon sang ne peut vous satisfaire,
Faut-il ma mort ? Vous n'avez qu'à parler.

Après la mort, vous pleurerez, je jure.
Vous m'aimerez; ce ne sera plus temps.
Vous marcherez dessus ma sépulture
En regrettant le plus fidèle amant.

 

 

Published by Rakaniac - dans Divers
commenter cet article
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 08:02

J'avais autrefois fait un article à propos de Carlos Nunez dans lequel je parlais de son disque "Un Galicien en Bretagne" sorti en 2003.

Pour cet enregistement, Carlos Nunez avait invité quelques "pointures" de la musique Bretonne comme Alan Stivell, Dan Ar Braz, Gilles Servat et Patrick Molard.

Un magnifique album vraiment intéressant de bout en bout  où Carlos nous faisait une fois de plus admirer toute sa virtuosité.

Maître de la gaita (cornemuse de Galice) et de la flûte à bec, Carlos était entouré de ses musiciens habituels.

Ube solide équipe composée de Paloma Trigas et Sara Pérez (violons), José Vera (basse), Pancho Alvarez (bouzouki) et Xurxo Nunez (percussions, claviers, guitares) des musiciens très efficaces qui épaulent Carlos Nunez de façon magistrale.

 

Tous les titres de ce cd sont excellents et la chanson que je préfère est "Yann Derrien".

Chanson inspirée par la gwerz (récit) Yann Derrien qui raconte l'histoire d'un Breton qui part en pélérinage

à Saint-Jacques de Compostelle (en Galice).

Traduite en galicien par Castelao (écrivain qui étudiait les similitudes entre les calvaires galicien et bretons).

Les paroles de ce traditionnel ont été adaptées par Gilles Servat et Carlos Nunez.

La musique elle est une composition de Carlos et Xurxo Nunez.

 

Carlos Nunez a choisi Eimear Quinn pour l'interpréter.

 

eimear1

 

Cette chanteuse irlandaise à la voix haut perchée avait fait partie du groupe Anuna.

Anuna est une chorale spécialisée dans les chants irlandais du Moyen-Age.

Cette chorale s'est fait connaître mondialement grâce à ses participations au show "Riverdance".

 

Plus tard, en 1996, Eimear Quinn sera choisie pour représenter l'Irlande au concours de l'Eurovision.

La même année, Dan Ar Braz et une formation réduite de l'Héritage des Celtes représentaient la France avec le titre "Diwanit Bugale".

Deux groupes celtiques à l'Eurovision, du jamais vu !

 

Dan Ar Braz se positionna à la mi-classement de ce concours, tandis qu'Eimear Quinn remporta la première place avec la chanson "The Voice".

Entourée de musiciens Irlandais, Eimear Quinn offrait à l'Europe entière une magnifique chanson.

link

 

 

Carlos Nunez à l'habitude d'enregistrer ses disques en plusieurs langues.

Il a donc demandé à Eimear Quinn de chanter en français pour le disque distribué en France.

Vous pouvez l'écouter et lire les paroles en cliquant sur le lien ci-dessous.

link

 

...Long si long est le chemin qui mène à Compostelle,

   Sept sortes de langages il te faudra parler.

   Onze sortes de démons aux morsures mortelles,

   Tu devras rencontrer avant d'y arriver...

 

 

Par contre, Eimear Quinn la chante en Anglais sur le cd distribué en Espagne.

Voici la version live.

 

 

Je ne me lasse pas d'écouter cette voix pleine de douceur...et vous ?
Published by Rakaniac - dans Divers
commenter cet article
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 22:26

Petit détour par la Belgique qui compte elle aussi de nombreux musiciens folk.

 

Au travers de mes articles, j'en avais déjà évoqué quelques uns comme les membres des groupes

Irish Feel  et  Snakes in Exile  , comme les frères Hirsch ( Hammered Dulcimer ) ou encore le terrible

guitariste Jacques Stotzem .

Tant en Flandre (Orion, Lais...) qu'en Wallonie (Mac Rahl, Viridel, Urban Trad...) de nombreux groupes s'intéressent à la musique folk et explorent des horizons musicaux très variés.

Musiques traditionnelles et compositions diverses au confluent de multiples influences européennes et celtiques.

Un répertoire très vaste et une interprétation parfois teintée de jazz, de rock ou de musique classique.

 

  laloy1

Didier Laloy est un musicien incontournable du paysage folk en Belgique.

Il apprend l'accordéon diatonique à l'âge de 13 ans avec comme professeurs  Bruno le Tron,  Mac Perrone et Jean-Pierre Yvert.

Didier va très rapidement devenir un virtuose de cet instrument.

Il va s'intéresser à divers genres musicaux comme le folk, le rock et le jazz en imposant son style très

énergique.

A noter qu'il joue principalement en se tenant debout.

 

Didier Laloy va collaborer avec de nombreux musiciens comme Marc Malempré, Jacques Pirard, Pirly Zurstrassen...

Autant de rencontres qui lui feront découvrir de nombreux univers musicaux dans lesquels il puisera l'inspiration pour ses propres compositions.

 

Accompagnateur de chanteurs comme Marka, Perry Rose...Didier fera aussi partie de nombreux groupes.

 

laloy2

 

Au début des années '90, le saxophoniste-flûtiste Steve  Houben (qui est un muscien de jazz très réputé) décide de former le groupe Panta Rhei.

Cet ensemble musical s'intéresse à toutes les musiques traditionnelles d'Europe.

Donc des airs bretons qui succèdent par exemple à de la musique suédoise ou roumaine.

 

 

Le tout interprété de façon magistrale par des musiciens issus du jazz, du folk ou de la musique classique.

Didier Laloy y mélange les sonorités de son accordéon à celles du violoncelle ou du saxophone.

Un groupe étonnant.

laloy4

 

En 1995, il compose pour le groupe Garam Masala (musiques métissées) puis forme Trio Trad avec les deux violonistes Aurélie Dorzée et Luc Pilartz.

Le répertoire de Trio Trad est également très vaste et inspiré par de nombreux folkores européens.

 

Perry Rose est un chanteur Belgo-Irlandais qui compose dans un style folk-rock et se produit en Belgique et dans les pays voisins depuis une vingtaine d'années.

Parfois, Trio Trad fait des concerts avec Perry Rose et dans ce cas, ils font carrément de la musique

irlandaise.

 

 

Au début des années 2000, le flûtiste Yves Barbieux crée le groupe Urban Trad et demande à Didier Laloy d'en faire partie.

Ce groupe représentera la Belgique à l'Eurovision 2003 et sera classé deuxième avec sa chanson

"Sanomi " écrite dans une langue imaginaire.

 

En 2004, "Didier Laloy invite..." sera le titre d'un spectacle où notre surdoué s'entoure des 27 musiciens

avec lesquels il a collaboré depuis ses débuts.

Un spectacle haut en couleurs qui fera l'objet d'un dvd.

 

Et depuis, Didier continue ses collaborations multiples pour notre plus grand bonheur.

J'ai eu l'occasion de le voir sur scène en 2007 avec Trio Trad et Pery Rose, c'était vraiment super !

Il faut dire que Luc Pilartz (qui joue aussi de la cornemuse) et Aurélie Dorzée sont de terribles violonistes.

Que Pery Rose (chant, guitare et bodhran) est quelqu'un de très attachant et qu'avec notre ami Didier,

ils forment un quatuor qui n'a rien à envier aux groupes irlandais.

 

laloy3

             Aurélie - Didier - Perry - Luc

Alors, si en Belgique ou allieurs, vous avez l'occasion de voir Didier Laloy, ne vous en privez pas.

 

 

Enfin en guise de lien avec mon article précédent, voici une vidéo extraite de Didier Laloy invite

et l'invité n'est autre que Gabriel Yacoub.

 

 

Published by Rakaniac - dans Divers
commenter cet article
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 19:55

Oui, cette fois quelques images du présent puisque Gabriel Yacoub a eu la bonne idée de reformer le groupe Malicorne le temps d'un concert le 15 juillet 2010.

C'était dans le cadre des Francofolies de La Rochelle où pour une soirée unique, Marie Sauvet (ex.Marie Yacoub), Laurent Vercambre, Hughes de Courson et Olivier Zdrzalik-Kowalski sont venus rejoindre Gabriel sur scène pour faire revivre le répertoire de Malicorne.

 

Je n'ai malheureusement pas assisté à cette soirée mais d'après tout ce que j'ai lu à ce sujet, ce fut quelque chose de mémorable et de grandiose.

Pas vraiment étonnant lorsque d'une part on connaît le talent de ces interprètes et que d'autre part, on imagine toute l'émotion et toute la nostalgie véhiculée par les très nombreux fans présents ce soir là.

 

 

En même temps que les disques d'Alan Stivell, ce sont bien entendu ceux de Malicorne qui ont fait naître en moi cette passion pour la musique celtique et le folk en général.

Il y avait d'ailleurs des liens évidents entre les deux puisque Gabriel et Marie Yacoub avaient travaillé avec Stivell.

Que Dan Ar Braz et Michel Santangeli ont enregistré avec Malicorne.

Et que René Werneer (ex.violoniste d'Alan) a fait une série de concerts avec Malicorne lorsqu'il remplaça provisoirement Laurent Vercambre.

 

Gabriel Yacoub avait cependant quitté Alan Stivell car il préférait se consacrer aux chansons traditionnelles de France.

Dans un premier temps, Malicorne avait des sonorités plus acoustiques que celles d'Alan Stivell.

Ce fut pour moi l'occasion de découvrir des instruments comme la vielle à roue, le cromorne ou le nyckelharpa.

 

mali2

Laurent Vercambre - Hughes de Courson - Marie Yacoub - Gabriel Yacoub - Olivier Zdrzalik-Kowalski

 

Les deux derniers albums enregistrés dans les années '80 étaient nettement plus électriques.

La composition du groupe était assez différente aussi avec les arrivées successives de Brian Gullan (flûtes baroques), Jean-Pierre Arnoux (batterie), Patrick Le Mercier (guitare électrique, violon) et Michel Le Cam (violon, mandoline).

 

Ce qui par contre est resté une constante au fil des années c'est l'extraordinaire qualité des arrangements vocaux.

Comme pour le groupe Tri Yann, une véritable marque de fabrique tant les membres de Malicorne ont toujours soigné leur interprétation vocale.

Harmonies, polyphonies, chants en canon, à capella...tout un registre mettant en valeur des voix magnifiques, parfaitement complémentaires.

 

Que de richesse aussi dans leurs musiques parfois traditionnelles ou médiévales mais également très modernes et rythmées.

Malicorne était vraiment un groupe unique dans le paysage du folk français.

 

Grande déception donc de ma part quand j'ai appris leur séparation en 1988.

 

Déception cependant aténuée par le fait que j'ai continué à suivre la carrière de Gabriel Yacoub.

Lui dont la voix si particilière  m'enchantait déjà sur les premiers disques d'Alan Stivell et qui n'a jamais cessé de me plaire à travers ses nouvelles chansons. 

 

mali1

                         Gabriel Yacoub-Hughes de Courson-Marie Yacoub-Laurent Vercambre-Olivier Zdrzalik

 

Je connais moins bien la carrière des autres membres du groupe.

 

Hughes de Courson (qui a une belle voix grave) avait démarré sa carrière dans la chanson Française.

Multi-instrumentiste, il allait être recruté par Gabriel pour former Malicorne en 1974.

Parrallèlement à cela, Hughes de Courson était déjà producteur dans les années '70.

Il a continué cette activité après la séparation du groupe.

Très attiré par les mélanges ethniques et les expériences diverses, il est à l'origine de créations musicales comme "O' Stravaganza" (qui mélange la musique irlandaise à celle de Vivaldi) ou comme "Mozart l'Egyptien" qui est on ne peut plus novateur.

 

Laurent Vercambre a fait partie d'un autre groupe folk : La Confrérie des Fous.

Il joue à présent dans un quatuor à cordes (qui était aussi présent à La Rochelle).

 

Le bassiste Olivier Zdrzalik-Kowalski fit aussi partie du groupe "Komintern", continua a collaborer avec Hughes de Courson et se lança également dans la chanson en signant plusieurs disques.

 

J'ignore si Marie Yacoub a continué un moment sa carrière artistique.

En 2005 il y a eu une compilation : "Marie de Malicorne" qui contient les chansons interprétées en solo par Marie.

Marie Yacoub (Sauvet) travaille à présent pour une grande maison de disques.

 

 

 

Que tous les quatre soient en tout cas remerciés chaudement d'avoir accepté cette reformation d'un soir.

J'espère de tout coeur qu'un dvd et un cd feront suite à cette magnifique réunion.

Je pense ne pas être le seul à attendre cela...

Published by Rakaniac - dans Divers
commenter cet article
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 21:33

J'ai déjà consacré un article à Gabriel Yacoub   mais je viens de découvrir d'anciennes images sur You Tube.

Alors j'avais envie de vous les faire partager.

En effet, de telles vidéos sont assez rares et ne sauraient que plaire aux nostalgiques des années '70.

Alors, savourez !

 

 

D'abord une petite interview de Gabriel Yacoub en compagnie de René Werneer (ex.Stivell) qui avait un moment remplacé Laurent Vercambre au violon.

 

 

 

 

Gabriel Yacoub, Olivier Zdrzalik-Kowalski, Marie Yacoub et René Werneer.

 

 

 

Marie Yacoub (vielle à roue) , Laurent Vercambre (Nyckelharpa) et Hughes de Courson (piano).

 

 

 

Info récente :

Gabriel Yacoub a décidé de reformer Malicorne le temps d'un concert aux Francofolies 2010 à

La Rochelle.

 

link

Published by Rakaniac - dans Divers
commenter cet article
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 23:40

Nouvelle petite "entorse" à la musique celtique, le jeudi 11 mars j'ai assisté à un concert de Jacques Stotzem.
Comme cela avait été le cas pour Guillaume Maupin , une nouvelle collaboration fructueuse entre la Médiathèque de Verviers et la maison des jeunes "Les Récollets".

stot1

Jacques Stotzem est un extraordinaire (le mot est faible !) guitariste.
Né à Verviers (Wallonie) en 1959 Jacques se met assez tardivement à la guitare.
Il avait déjà 16 ans quand il vit le guitariste américain Stefan Grossman à la télévision.
Ce fut pour lui une véritable révélation qui orienta toute sa vie.
A partir de ce jour, Jacques n'avait plus qu'une idée en tête, acheter une guitare et apprendre à en jouer.
Il décide donc d'apprendre seul en s'enfermant chez lui pendant des heures et des heures.
Il progresse très rapidement au point de devenir déjà professionnel à 19 ans !
Jacques étudie ensuite l'harmonie et va petit à petit créer son propre style très influencé par le "fingerpicking".stotzi2

Comme chez tous les guitaristes (droitiers), la main gauche est utilisée pour placer des accords sur le manche de l'instrument.
La main droite joue des notes sur les six cordes.
En "picking" les quatre doigts de la main droite jouent sur les trois cordes les plus aïgues, le pouce (indépendant) joue sur les trois cordes basses.
Jacques utilise des onglets en plastique au pouce, au majeur et à l'index de la main droite.
Lorqu'on écoute un guitariste qui fait du picking, on a parfois l'impression qu'ils sont plusieurs.


Une fois professionnel, Jacques Stotzem va enregistrer plusieurs vinyles et collaborer avec une série d'artistes de sa région (Smoky Mokes, Paul de Ré, Christiane Stefansky, Lush Life...) .

Repéré et soutenu par le producteur allemand Peter Finger (Acoustic Music Records), Jacques va pouvoir démarrer sa carrière internationale.
"Clear Night" le premier cd sous ce label, parait en 1991.
Plus tard, il va donner des concerts partout en Europe puis dans le monde et principalement en Asie (Chine, Japon, Taiwan).
Attiré par de nombreux genres musicaux (rock, jazz, blues, folk) Jacques invente aussi de nouvelles sonorités inspirées par ses nombreux voyages.

Grand moment d'émotion pour Jacques en 2006 quand la firme "Martin" (le plus célèbre fabriquant de guitares acoustiques aux U.S.A.) lui propose de créer un modèle à son nom !
Un modèle "Signature Stotzem" créé de A à Z par l'artiste lui-même.

Même s'il voyage énormément, Jacques Stotzem habite toujours à Verviers et est très attaché à cette région où il aime venir se resourcer.
Avec la complicité de Francis Géron, Jacques crée en 2005 le Festival International de la guitare à Verviers.
Depuis, de très nombreux guitaristes de talent (Philip Catherine, Steve Hackett, John Mayall, Andy Mc Kee...) se sont produits au "Spirit of 66".

stot3

Aux "Récollets", Jacques nous a proposé un programme musical varié.
Des extraits de son nouvel album "Catch The Spirit" ou il emprunte des compositions à quelques uns de ses "héros" comme Jimmy Hendrix, Neil Young ou Rory Gallagher et aussi des morceaux plus anciens.

J'ai un de ses cd et je l'avais déjà vu en concert il y a longtemps.
Mais j'ai vraiment été impressionné par sa dextérité, par la finesse de son jeu et par sa créativité.
C'est incroyable les sons qu'il arrive à tirer cet instrument.
Six cordes mais on se demande s'il n'y en a pas beaucoup plus tant la musique qu'il joue est dense.
Ses mains se promènent partout sur sa guitare, parfois avec des positions qu'on est pas habitué à voir chez d'autres guitaristes.
C'est fou la sonorité et la puissance de cet instrument... une simple guitare acoustique.
Jugez plutôt...



Le concert était en deux parties.
Depuis peu, Jacques Stotzem a décidé de former un duo avec la chanteuse Géraldine Jonet.

stotzi1

Jeune Liégeoise, Géraldine a une voix magnifique, puissante et teintée d'émotion.
Sur scène, elle vit à fond les notes de guitare.
Ils ont une terrible complicité et s'écoutent en ayant l'air de dialoguer.
Ils s'amusent sur scène en se donnant à fond.
Un spectacle total !
Inutile de dire que des concerts comme ça, on en redemande.


Alors, si vous aimez la guitare et si notre ami Jacques passe près de chez vous, ne le ratez sous aucun prétexte !
 





 

Published by Rakaniac - dans Divers
commenter cet article
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 22:21
J'avais découvert cette chanson sur l'album "Ordinary Man" de Christy Moore.
Bien que datant de 1985, ce disque est rempli de trésors comme "Quiet Desesperation", "Blanthyre Explosion", "The reel in the flickering light" ou bien sûr "Ordinary Man".

"THe diamondtina Drover" est une chanson de Hugh Mc Donald, un chanteur et compositeur Australien.
La version de Christy Moore avec les guitares d'Arty Mc Glynn, de Donal Lunny et de Christy himself m'a toujours parue particulièrement apaisante.
J'avoue que je la chante régulièrement moi aussi.
C'est le genre de truc à écouter le soir au coin du feu, c'est très relaxant...


Cette version est très différente de celle que son auteur Hugh Mc Donald avait enregistré en 1988.




Version plus rock mais que j'aime beaucoup également.

Et vous, laquelle préférez-vous ?

Si vous voulez lire les paroles, cliquez ici link

Published by Rakaniac - dans Divers
commenter cet article

Présentation

  • : Musique Celtique : ma Passion
  • Musique Celtique : ma Passion
  • : La musique celtique est ma Passion. Alan Stivell, Donal Lunny, Andy Irvine, Gilles Servat, Claude Besson, John Doyle, Christy Moore, Kevin Burke, Gabriel Yacoub, Tri Yann, Karan Casey, Tannahill Weavers, Dan Ar Braz, Ossian ,Silly Wizard,Capercaillie, Solas, Lunasa, Dervish, Altan, Old Blind Dogs,Fairport Convention, Clannad,The High Kings, Davy Spillane, Cormac Breatnach, John Mc Sherry, Michael Mc Goldrick, Tony MacManus, William Jackson, Phil Cunningham, Tim Edey, Steven Cooney, Liam O' Flynn, Julie Fowlis,Cécile Corbel, Gwenael Kerleo...
  • Contact

Traduction Google

Gadgets fourni par Google

Recherche

Contactez-moi

Si vous avez des questions,
mon mail est [email protected]
Je vous répondrai avec plaisir.


 

Me voici (à droite), ma fille (à gauche), et nos 2 labradors noirs : KI DU (chien noir en breton) & YEPA (princesse de l'hiver en indien)

 

 
Cliquez sur la harpe
pour revenir à l'accueil

Irish Festival

Irish Music Festival
Miltown Malbay 1991

  Autres photos dans
l'album Irlande 1991

 

  Si vous avez des questions,
contactez-moi : [email protected]

 Je vous répondrai avec plaisir.

 


Cliquez sur la harpe

pour revenir à l'accueil

Articles Récents

  • Pancho Alvarez
    J'avais découvert ce musicien de Galice parce qu'il est un des accompagnateurs habituels de Carlos Nunes. Par ses interventions sur scène, j'avais trouvé ce musicien talentueux mais je pensais qu'il jouait uniquement du bouzouki. Renseignements pris,...
  • Trio E.D.F.
    Cela faisait déjà longtemps que j'avais envie de présenter ce trio E.D.F. que j'avais eu l'occasion de voir en vidéo depuis plusieurs années. En effet Patrik Ewen, Gérard Delahaye et Melaine Favennec sont présents sur la scène bretonne depuis très longtemps....
  • Le style de John Doyle
    Troisième article à propos de John Doyle qui reste un de mes musiciens irlandais préférés. Né à Dublin en 1971 et issu d'un famille de musiciens (dont son grand-père Tommy Doyle et son père Sean Doyle qui est un chanteur traditionnel). Très tôt John va...
  • Benoît Widemann avec Dan Ar Braz
    Né en 1957, Benoît Widemann est un claviériste français. Il joue du piano classique, du piano Fender et de nombreuses sortes de synthétiseurs. Il est principalement connu en tant que membre du groupe rock progressif Magma qu'il avait intégré fin 1974...
  • Mary Dillon et Cara Dillon
    Mary et Cara Dillon sont deux soeurs nées en Irlande du Nord d'une famille de six enfants. Elles sont toutes les deux nées à Dungiven (conté de Derry), Mary en 1964 et Cara en 1975. Dans sa biographie, Mary Dillon raconte que ses deux grand-mères étaient...
  • Daoiri Farrell
    Daoiri Farrell est un artiste que j'ai découvert sur le Net grâce à Martial un ami de Bretagne. J'apprécie particulièrement sa voix claire (un peu le même timbre de voix que Sean O' Se) et sa manière de chanter qui me fait fort penser à celle de Paul...
  • Trèfle à quatre feuilles
    En cette époque assez trouble, un peu de musique irlandaise pour nous mettre du baume au coeur. Ce n'est peut-être pas grand chose mais c'est déjà ça car il faut bien que la vie continue. Trèfle à quatre feuilles en guise de porte bonheur. Quatre feuilles,...
  • Grand Air & Au Pied Levé
    Ce samedi 19 mars dernier c'était la fête de la St.Patrick à Dison. Une fois de plus, le Centre culturel de Dison mettait à l'honneur les Irlandais dans une ambiance qui se voulait festive et musicale. Comme les années précédentes, deux groupes étaient...
  • Ed Boyd
    Ed Boyd est l'actuel guitariste du groupe Lunasa qu'il a rejoint en 2012. Guitariste de Lunasa, cela signifie d'un des meilleurs groupes de la scène irlandaise. Il a succédé a d'autres grands noms comme Tim Edey, Paul Meehan ou Donogh Hennessy ce qui...
  • Freddie White
    Freddie White est né à Cobh en 1951 (Conté de Cork). Issu d'une famille de musiciens, il est rapidement intéressé par le chant et la musique traditionnelle. Très jeune il apprend aussi la guitare. Dès l'âge de 13 ans il joue dans des groupes de son école....